Catégorie : Web social

Enquête sur les usages de Wikipédia

MARSOUIN.ORG

Comment utilisez-vous Wikipédia ? Dans quel but ?

À l’occasion des dix ans de l’encyclopédie, l’équipe de chercheurs du laboratoire Marsouin (portail de la recherche en sciences humaines et sociales sur les usages du numérique), dans le cadre d’un projet de recherche public, souhaite mieux comprendre vos usages. Vous êtes donc invités à prendre entre 5 et 15 minutes de votre temps pour remplir un questionnaire. Ce dernier été relu par des membres de l’association Wikimédia France, qui soutient le projet Wikipédia.

Que ce soit dans le cadre de vos études, de votre travail, de votre passion, de vos loisirs, que vous soyez lecteur ou contributeur, participez à l’enquête! Vous avez jusqu’au 13 février 2011.

Pour participer : Enquête sur les usages de Wikipédia

marsouin

L’esprit Wiki, intelligence collective et wikis de territoires

wikipedia

Le samedi 22 janvier 2011, l’association Bug et Wikimedia France organisaient une rencontre sur « l’esprit Wiki » à la Cantine numérique rennaise. Ce rendez-vous avait pour objectif de « parcourir la galaxie Wiki, wikipedia comme producteur d’intelligence collective, les projets de la fondation Wikimedia et ses avatars territoriaux, comme Wiki-Rennes. » Près de cinquante personnes ont participé à l’événement.

Pour un compte-rendu plus exhaustif, je vous invite à lire : L’esprit wiki : intelligence collective, Wikimedia et wikis de territoire par Régis Chatellier.

Je souligne ici quelques passages particulièrement intéressants de ce compte-rendu.

Anders Sandberg : la diversité est supérieure à l’expertise

Sur l’intelligence collective, Anders Sandberg (chercheur en neurosciences «computationnelles», membre actif du mouvement transhumaniste) considère que la diversité est supérieure à l’expertise. Si l’on compare dans le temps le niveau de qualité d’un article produit par un groupe composé exclusivement d’experts à celui produit par un collectif d’individus divers, comme c’est le cas sur Wikipedia, on se rend compte que le niveau d’un article rédigé par des experts initialement de meilleure qualité, sera finalement dépassé.

Le groupe d’expert va stopper sa progression à un moment donné, pensant avoir produit un « bon article », le groupe divers va au contraire interroger le sujet avec plus d’intensité et de variété dans les approches, permettant à terme de produire des contenus inédits.

À partir de cette analyse, Anders Sandberg avance que les méthodes utilisées par Wikipedia sont productrices d’intelligence collective, et de conclure : «Ne faudrait-il pas essayer de faire sortir les techniques propres à Wikipédia et les appliquer au monde réel, notamment aux institutions ?»

wikipedia

Wikipedia, un modèle de co-construction et de travail participatif inédit

Wikipédia fête ses dix ans en 2011, et les sites qui y sont rattachés sont presque entièrement construits par des bénévoles. La Wikimedia Foundation ne compte que 66 salariés, ses revenus sont issus uniquement des dons de contributeurs anonymes et parfois d’entreprises, sans aucun recours aux revenus publicitaires. À titre de comparaison, Google compte 4 000 salariés.

« C’est un modèle unique que celui des projets de Wikimedia, basé sur le groupe et la discussion : si les règles d’admissibilité sont strictes sur l’encyclopédie participative, elles sont le fruit de longs débats – parfois virulents – entre les contributeurs bénévoles. Les quelques salariés ne jouent aucun rôle là-dedans, ils n’en auraient de toute façon pas les moyens. »

« Bien plus qu’une série d’articles, Wikipedia est un modèle de co-construction et de travail participatif inédit à une telle échelle, où chacun a le loisir de participer et de s’investir. »

Les wikis de territoire, contraints dans leur espace géographique, mais plus libres dans leur contenus.

Les wikis de territoire on fait leur apparition en France en 2006 à Brest. Wiki-Brest, les carnets collaboratifs du Pays de Brest, initié en mars 2006, totalise 16 888 pages illustrées par 8 825 images, sons et vidéos.

Les wikis de territoire sont « liés à un espace géographique : territoire, commune, région. Initiés par une collectivité territoriale, une association ou des bénévoles ils visent à développer une écriture collaborative sur un territoire. » Vingt et un wikis de territoires sont recensés aujourd’hui en France, on en trouve également en Allemagne, en Espagne ou aux États-Unis.

Chacun développe sa « personnalité », en fonction des aspirations de leurs instigateurs ou de leurs contributeurs, plutôt encyclopédique, à vocation touristique ou facteur d’animation du territoire.

Ouverts à des contenus encyclopédiques, les wikis de territoire peuvent s’ouvrir à des contenus plus « sensibles », ayant trait à la mémoire individuelle et collective. Les wikis de territoires sont contraints dans leur espace géographique, mais plus libres dans leur contenus.

Wikis de territoire : de la masse critique à l’animation

Alors que le succès de Wikipedia se fait par la masse critique et l’engagement des contributeurs, le wiki de territoire nécessite un travail d’animation, « une personne physique dédiée au projet qui va au devant du public. » C’est à cette condition que ces projets locaux peuvent fonctionner, donnant aux contributeurs, moins nombreux, le loisir de participer chacun selon leurs envies et leurs moyens (en temps notamment).

« Dans tous les cas, on retrouve ce même esprit de partage et de coconstruction, le fameux «esprit wiki », l’idée selon laquelle nous sommes plus intelligents collectivement, chacun a sa pierre à apporter à l’édifice, chacun est légitime pour écrire et participer à un projet collectif. » – Régis Chatellier

Sources :

L’esprit wiki : intelligence collective, Wikimedia et wikis de territoire par Régis Chatellier

Wiki-Brest, les carnets collaboratifs du Pays de Brest

Créez une carte de votre réseau professionnel LinkedIn avec InMap

inmap

LinkedIn vient de lancer InMap, un nouvel outil qui permet de visualiser son réseau professionnel sous forme de carte interactive.

LinkedIn est un réseau social professionnel particulièrement utile pour le développement des affaires et l’entretien de son réseau de contacts. Fort de plus de 80 millions de membres à travers le monde, LinkedIn a beaucoup évolué au cours des derniers mois, par souci d’amélioration autant que par pression concurrentielle (attention à Branchout).

InMap est un produit de LinkedIn Labs qui vous permet de créer une carte sociale interactive de votre réseau professionnel. Les couleurs des contacts et des liens varient en fonction des relations établies : anciens collègues, collaborateurs, membres de groupes, etc.

inmap

La taille des cercles représentant les contacts est proportionnelle au nombre de connexions établies par le contact au sein de son groupe. En cliquant sur un contact, son profil s’affiche à droite de la carte et les liens qui vous unissent sont mis en valeur sur la carte.

Votre carte est une visualisation de la manière dont votre réseau professionnel a été créé et développé au cours des années. Pour obtenir une visualisation concluante, vous devez adéquatement libeller les différents types de relations. Vous pouvez ensuite partager votre carte sur les différents outils de communication (LinkedIn bien sûr, mais aussi Twitter et Facebook).

Attention, bien que cet ouil soit disponible librement, vous devez avoir au moins 50 relations et 75% de votre profil complété pour avoir accès à InMap.

Pour découvrir l’outil InMap : http://inmaps.linkedinlabs.com.

Source :
Visualize your LinkedIn network with InMaps

La galaxie Wikimedia

galaxie-wikimedia

La fondation Wikimedia,  ce n’est pas seulement Wikipedia. L’organisation coordonne plus d’une dizaine de projets, comme Wikinews ou Wikibooks.

Wikimedia Foundation

Voici une belle infographie représentant la galaxie Wikimedia. Elle a été réalisée par Loguy et a été diffusée sur le site d’Owni (vous pouvez la télécharger en format PDF)

Source :

Owni – La galaxie Wikimedia

YouTube rend sa nouvelle page d’accueil accessible à tous

youtube-logo

YouTube vient de rendre sa nouvelle page d’accueil accessible à tous les internautes. La nouvelle mouture de la page d’accueil mise sur la simplicité et la personnalisation des contenus affichés.

YouTube-Logo-Large

Voici quelques-unes des améliorations apportées pour les utilisateurs connectés (il faut donc avoir un compte YouTube pour en bénéficier) :

  • Les vidéos qui vous intéressent sont mises en valeur (abonnements, vidéos partagées par vos amis, recommandations)
  • Vous pouvez filtrez la page d’accueil pour n’afficher que les dernières mises à jour de vos abonnements
  • Vous visualisez l’ensemble des mises à jour : si une de vos chaîne favorite publie 4 vidéos par jour, vous les verrez toutes, au lieu de ne voir que la plus récente
  • Vous avez un accès rapide à la boîte de réception lorsque vous avez de nouveaux messages ou de nouveaux commentaires
  • YouTube se souvient de ce que vous avez regardé (les vidéos que vous avez déjà regardées sont grisées)
  • Vous pouvez supprimez n’importe quelle vidéo de votre page d’accueil (survolez et cliquez sur le bouton « x »)

Les utilisateurs de Blogger seront également contents d’apprendre que l’ajout des vidéos YouTube sur leur blog a été grandement simplifié (Du nouveau sur Blogger : ajoutez facilement des vidéos YouTube à vos messages !).

Sources
New YouTube homepage launches to all users
Du nouveau sur Blogger : ajoutez facilement des vidéos YouTube à vos messages !

State of Wikipedia : 10 ans de Wikipedia en vidéo

The State of Wikipedia

L’agence JESS3 a publié une vidéo qui résume l’histoire de Wikipedia. Ce documentaire s’inscrit dans la série « State of », des vidéos qui font le point sur un sujet spécifique en quelques minutes.

Le site « The State of Wikipedia » contient également de belles infographies et diffuse en temps le réel le « buzz » autour de la célébration des 10 ans de Wikipedia.

Source :

The State of Wikipedia

Qwiki, une nouvelle manière de s’informer sur le Web

qwiki-1024x646

Alors que Wikipedia fête ses 10 ans, de nouvelles plateformes de gestion de la connaissance émergent. Qwiki est l’une d’entre elles. Ce mélange de Google, Wikipedia et YouTube est ambitieux, présentant sa mission comme étant d’améliorer la relation entre l’internaute et les contenus qu’il recherche.

« Qwiki’s goal is to forever improve the way people experience information. »

Qwiki a été créé en octobre 2009 par Doug Imbruce et Louis Monier, ce dernier étant nul autre que le fondateur d’AltaVista. Qwiki a gagné le TechCrunch Disrupt en septembre 2010, ce qui a permis à l’outil de faire d’attirer l’attention de la communauté technophile.

Le site est encore en mode alpha (il faut demander une invitation pour créer un compte). Qwiki est en nomination pour les Crunchies 2010, finaliste pour Best Design et Best Technology Achievement.

Qwiki

De l’information à l’expérience

Transformer l’information en expérience, voilà le concept de Qwiki. Les résultats de recherche ne sont plus une liste statique de données, mais se transforment en un documentaire intégrant texte, image et son.

C’est assez réussi, c’est joli, mais l’outil manque encore de substance et de profondeur pour être vraiment convaincant.

Un exemple de Qwiki, celui du groupe Radiohead :

Le Web social comme filtre d’information

La démarche reste très intéressante. Elle s’inscrit dans la mouvance croissante de l’organisation du contenu, ou « curation » en anglais (avec l’enjeu de la définition du rôle du « content curator« ). Pour les fondateurs de Qwiki, les internautes vont faire de moins en moins appel aux moteurs de recherche classiques pour trouver des informations, ils vont utiliser les médias sociaux.

“Curation is becoming a key part of the Internet experience and Qwiki presents short, interactive curated information. The majority of my media consumption happens in Twitter. I subscribe to thought leaders in my industry, friends and colleagues but I dont spend time searching the web anymore. While social media consumption is overtaking my days, I think it’s reasonable. There’s just so much data for human beings to process that we rely on our social networks to help us filter it.” – Doug Imbruce

Les réseaux sociaux deviennent ainsi des filtres pour nous aider à répérer les informations pertinentes parmi les quantités exponentielles de données disponibles.

J’avoue que j’utilise de moins en moins Google pour trouver de l’information. Twitter, LinkedIn, mes bons vieux fils RSS et les nouveaux outils comme Quora sont bien plus efficaces. Je m’interroge par contre beaucoup sur la place que va pouvoir prendre Qwiki parmi ces « filtres d’information ».