Étiquette : content curator

Quelle serait la traduction la plus appropriée de « content curator »?

quora

Sur Quora, j’ai posé la question « quelle serait la traduction la plus appropriée de content curator« ? Voici quelques réponses de la communauté.

 

A mon avis il faut dire éditeur. Editer signifie « faire paraître au public » (cf. Wikipedia http://bit.ly/hc0SBC), et c’est exactement ce que fait le curator: il choisit les contenus les plus pertinents dans un contexte particulier, et les partage avec d’autres.

Antoine Msika, Community Manager @ Pearltrees

 

« curation », « curateur » : that’s all 🙂

Chrystophe Oleon, Web project manager | CMS integrator

Je penche définitivement pour « organisateur de contenu », plutôt que la traduction littérale qui ne me semble pas adaptée.
Mais l’idée de « documentaliste » me semble tout à fait adapté! pourquoi pas alors « web-documentaliste« , ou « documentaliste numérique? »

Jean-Luc Boulin, Blog Etourisme.info, directeur MOPA.

 

Et « Modérateur de contenus » ? C’est juste une suggestion.

Denis Florent

Structurateur ?

Aether Concept

Conservateur de contenus

Guy Therrien, Consultant en communication

« Content Curation », ça veut rien dire, je ne vois pas le besoin de traduire ce qui n’a pas de sens. En anglais, il y a des « curators » qui sont des conservateurs, qui travaillent dans les musées, etc. Il y a aussi la « Digital Curation ».. mais « Content Curation », ça n’a aucun sens.. je serais prêt à dire « recherchiste » ou même « bloggeur », car Robert Scoble, qui a eu beaucoup d’influence sur le discours sur la « Curation », est sensiblement un bloggeur.. la « Curation » c’est plus un outil qu’un poste, ou un titre.. N’importe qui pourrait faire de la « Content Curation ».. autant un recherchiste qu’un bloggeur.. C’est mon avis..

Alex Gagnon

Si le rôle du « curator » est de rechercher, collecter, analyser et transmettre des informations pertinentes aux personnes qui en auront l’utilité …cela fait une bonne définition de veilleur, à mon avis. Il n’est pas nécessaire d’utiliser tous les « buzz words » qui sortent; curator, veilleur, même combat.

Antoine Montoux

 

« Curateur » veut déjà dire quelque chose de précis … tant pis. Comme il faut éviter les mots trop long, « curator » à de beaux jours devant lui. Cependant, en détaillant un peu les missions du curator sur mon blog en en constatant qu’il est un peu veilleur, un peu community manager, un peu documentaliste… J’en arrive à la conclusion qu’il n’y aura pas de curator à plein temps dans les entreprise mais plutôt des mission de « curation » pour d’autre profil.
Donc plus besoin de mot 🙂

MAJ : Finalement en lisant vos commentaires je commence à pencher pour la traduction « chef de rayon » de la grande distribution. Il récupère que qu’on lui donne et tente de la mettre en valeur pour le vendre au mieux ! Ok, c’est un peu pessimiste mais bon …

Gregory Maubon

 

 If what you mean is  » the selection, preservation, maintenance, and collection and archiving of digital assets » (http://en.wikipedia.org/wiki/Dig…), then I would say « responsable de contenus » or « gestionnaire de contenus ».
That said, the word « curator », it seems, cover a large spectra of meanings, going from web designer to monitoring, so it remains difficult to chose one word for this multiple meaning one. (answer re-written, due to Ronan’s remark).

Kumar Guha, Information manager

 

Je pencherai pour ma part pour « curator »… On sait ainsi de quoi on parle et sa traducteur littérale : curateur me convient aussi 😉
Je me posais la question dernièrement de savoir si les enseignants n’étaient pas eux aussi des Curators ! Dans ce cas, les définitions précédentes : veilleurs, conservateurs, gestion de contenu… ne fonctionnent pas !

Eric Delcroix

Je partage l’avis d’Eric, on n’échappera pas au « curator » (ou curateur), car la « nouveauté » (relative) du mot est importante. Bien que ce ne soit pas son origine (curator vient de conservateur), je pense toujours à la médecine quand j’entends ce mot. Et pour moi le « content curator », c’est un peu le médecin des contenus, celui qui vient rétablir le malade, le patient souffrant d’infobésité, le média devant perfuser dans tous les sens ses lecteurs… C’est un peu un architecte des contenus, qui vient donner de la structure à la manière dont on gère les contenus.

Hubert Guillaud

 

Plusieurs d’entre vous parlent de « responsable (de gestion) des contenus » mais ça correspond plutôt à « content manager » historiquement (si l’on peut dire). « Web-documentaliste » et « veilleur » correspondent bien mais ne marquent peut-être pas assez le fait que le curator fait face à des contenus déferlants, issus principalement des réseaux sociaux où il y a à boire et à manger (le documentaliste et le veilleur se nourrissent traditionnellement de sources a priori fiables).
Du coup je creuserais plutôt vers une appelation du type « responsable qualité des contenus » (voire de la communication digitale).

Après avoir lu les commentaires sur le post que j’ai fait sur etourisme.info sur le sujet, c’est vrai que c’est un boulot de documentaliste, la curation, non?
Donc pourquoi pas « web-documentaliste », ou « documentaliste numérique »?

Rodolphe Canale

 

Et vous, quelle est votre suggestion?

Qwiki, une nouvelle manière de s’informer sur le Web

qwiki-1024x646

Alors que Wikipedia fête ses 10 ans, de nouvelles plateformes de gestion de la connaissance émergent. Qwiki est l’une d’entre elles. Ce mélange de Google, Wikipedia et YouTube est ambitieux, présentant sa mission comme étant d’améliorer la relation entre l’internaute et les contenus qu’il recherche.

« Qwiki’s goal is to forever improve the way people experience information. »

Qwiki a été créé en octobre 2009 par Doug Imbruce et Louis Monier, ce dernier étant nul autre que le fondateur d’AltaVista. Qwiki a gagné le TechCrunch Disrupt en septembre 2010, ce qui a permis à l’outil de faire d’attirer l’attention de la communauté technophile.

Le site est encore en mode alpha (il faut demander une invitation pour créer un compte). Qwiki est en nomination pour les Crunchies 2010, finaliste pour Best Design et Best Technology Achievement.

Qwiki

De l’information à l’expérience

Transformer l’information en expérience, voilà le concept de Qwiki. Les résultats de recherche ne sont plus une liste statique de données, mais se transforment en un documentaire intégrant texte, image et son.

C’est assez réussi, c’est joli, mais l’outil manque encore de substance et de profondeur pour être vraiment convaincant.

Un exemple de Qwiki, celui du groupe Radiohead :

Le Web social comme filtre d’information

La démarche reste très intéressante. Elle s’inscrit dans la mouvance croissante de l’organisation du contenu, ou « curation » en anglais (avec l’enjeu de la définition du rôle du « content curator« ). Pour les fondateurs de Qwiki, les internautes vont faire de moins en moins appel aux moteurs de recherche classiques pour trouver des informations, ils vont utiliser les médias sociaux.

“Curation is becoming a key part of the Internet experience and Qwiki presents short, interactive curated information. The majority of my media consumption happens in Twitter. I subscribe to thought leaders in my industry, friends and colleagues but I dont spend time searching the web anymore. While social media consumption is overtaking my days, I think it’s reasonable. There’s just so much data for human beings to process that we rely on our social networks to help us filter it.” – Doug Imbruce

Les réseaux sociaux deviennent ainsi des filtres pour nous aider à répérer les informations pertinentes parmi les quantités exponentielles de données disponibles.

J’avoue que j’utilise de moins en moins Google pour trouver de l’information. Twitter, LinkedIn, mes bons vieux fils RSS et les nouveaux outils comme Quora sont bien plus efficaces. Je m’interroge par contre beaucoup sur la place que va pouvoir prendre Qwiki parmi ces « filtres d’information ».

Content Curator, un mot à retenir dans le Web social de 2011

315385916_c235d39406

Si le mot devient populaire depuis quelques mois, on en parle depuis déjà un moment. En avril 2009, Jennifer Leggio avait lancé la question « Is it time for a Chief Social Media Officer? » Quelques mois plus tard, Rohit Bhargava écrit : Manifesto For The Content Curator: The Next Big Social Media Job Of The Future ? (septembre 2009). Rohit Bhargava définit ce nouveau travail ainsi dans son article :

« A Content Curator is someone who continually finds, groups, organizes and shares the best and most relevant content on a specific issue online. »

Je traduis ainsi : « Un curateur de contenus (pas très joli) est quelqu’un qui, de manière continue, trouve, regroupe, organise et partage les meilleurs et les plus pertinents contenus sur un sujet spécifique. » Le « content curator » est à la fois veilleur et gestionnaire de contenus. Son rôle est stratégique, et serait peut-être le chaînon manquant entre le « community manager » et la direction de l’entreprise.

J’aime bien la définition de Vincent Berthelot :

« Le curator est celui qui transforme l’information qu’il a recueilli pour en faire une agrégation concise et porteuse de sens soit pour information soit pour décision. »

L’aspect « décision » me paraît ici cruciale. Si le gestionnaire de communauté (community manager) engage, développe et entretien les conversations, le content curator oriente l’organisation dans son développement et dans son rapport aux flux d’information.

À lire pour aller plus loin :