Revue de presse : Pinterest

Pinterest est le réseau social qui fait beaucoup de bruit ces jours-ci. Beaucoup de bruit pour rien, ou nouvelle plate-forme vouée à un avenir radieux? Voici une petite revue de presse sur le sujet.

Pinterest-Logo

Pourquoi Pinterest est « the next big thing »?

La définition de Pinterest pour Jacques Froissant :

C’est un tableau de liège virtuel, où vous épinglez (pin en anglais), affichez et surtout partagez vos coups de cœur numériques, classés par thèmes et centre d’intérêt. (explication empruntée à Meta Media un blog de France Televisions) C’est un moyen très visuel et très agréable de partager. On peut parler de « curation » des images. La force de Pinterest c’est que vous voyez des images mais qu’en cliquant dessus vous avez accès à la source derrière (article de blog, site photo, page de site e-commerce…). C’est donc un moyen aussi de bookmarker des sites que vous aimez en les classant par thématique dans des « boards ». Sur mon Pinterest j’ai ainsi créé plusieurs boards pour conserver par exemple des infographies sur le social media, des livres sur le Social Recrutement et RH 2.0, des photos du Cap Ferret ou encore des images dans la thématique purple du logo Altaide.

Pourquoi Pinterest est « Le » réseau social à suivre ? Jacques Froissant donne trois raisons :

  1. Simplicité d’usage, ergonomie, et impact du visuel
  2. Le trafic généré est déjà vertigineux
  3. Pinterest a un business modèle et gagne de l’argent

 

Utiliser Pinterest dans un contexte d’affaires : 9 astuces

À quoi peut bien servir Pinterest pour les entreprises? La réponse de Benoit Descary :

Pinterest est sans doute l’une des plateformes sociales les plus intéressantes et engageantes du moment. Pour les entreprises, c’est une façon simple de présenter leurs produits et services sous la forme d’un catalogue d’images thématiques.

Il donne ensuite quelques astuces (typiquement le genre d’astuces qui reviennent à chaque nouveau réseau social qui fait parler de lui) :

  1. Sélectionnez le nom de votre compte avec soin
  2. Complétez les champs About et Description
  3. Ajoutez des vidéos sur vos Boards
  4. Ajoutez Pinterest à votre page Facebook
  5. Ajoutez le bouton «Pin It» et «Follow Me on Pinterest» sur votre site
  6. Ajoutez des contributeurs à vos Boards
  7. Téléversez vos photos sur Pinterest
  8. Ajoutez un lien URL aux photos que vous téléversez sur vos Boards
  9. Ajoutez un bandeau qui indique le prix de vos articles

 

Pinterest, le site que vous allez adorer détester !

Guillaume Gralet, de son côté, met en garde contre l’effet bulle 2.0 :

Pinterest est contagieux : vous pouvez facilement y inviter vos amis Facebook, même Mark Zuckerberg est devenu utilisateur de ce site ultra-branché… Basé à Palo Alto en Californie, le site emploie 16 personnes et a déjà levé 27 millions de dollars. Créé il y a moins de deux ans, il est déjà valorisé à plus de 200 millions de dollars. Le site ne sera-t-il qu’un feu follet ? « Attention à ces sites qui, comme Quora en 2010 ou Instagram en 2011, soulèvent beaucoup d’enthousiasme avant de retomber comme des soufflés », met en garde le spécialiste des réseaux sociaux Nicolas Celic. Alors qu’il prévoit de prendre une commission sur la vente d’objets réalisée par son intermédiaire, Pinterest n’est toujours pas profitable. Attention à la bulle 2.0 !

Comment Pinterest peut servir votre marque ?

Grégory Pouy présente l’intérêt de ce petit réseau qui a la côte pour les marques.

Déjà plus de 150 marques issues de nombreux domaines sont présentes sur Pinterest, il me semble donc plus qu’intéressant que vous vous posiez la question pour la votre.
Voici comment :

5 bonnes raisons d’intégrer Pinterest à votre stratégie social media

Sur FrenchWeb, on met de l’avant les raisons d’incorporer le résau à sa stratégie de médias sociaux.

1 – Son succès : Pinterest n’a peut-être “que” trois millions d’utilisateurs actifs selon Facebook, mais leur nombre est en augmentation constante et ils semblent accrocs au site : en octobre selon Comscore, Pinterest.com aurait enregistré 421 millions de pages vues, soit 128 par utilisateurs et une progression de 2000% par rapport à juin !

Des chiffres comme ça, même dans le milieu très dynamique des startups internet, on n’en voit pas souvent. Pinterest n’en est clairement qu’à ses débuts et jouera très bientôt dans la cour des grands.

2 – Pinterest est un outil de découverte :  Si Pinterest est si addictif et génère tant de pages vues, c’est que c’est un très bon outil de découverte. En mettant en avant uniquement le visuel avec une interface très simple et claire, Pinterest permet de découvrir tout un tas d’idées et de produits et de créer des envies.

Quand Vous tapez une recherche sur Google, vous savez déjà ce que vous voulez trouver. Facebook ou Tumblr permettent de créer de nouvelles envie à travers le partage… Pinterest est entièrement consacré à la découverte, et ça en fait un formidable outil pour les boutiques en ligne comme Modcloth ou Etsy qui reçoivent d’ores et déjà une part très importantes de leur trafic via Pinterest.

3 – Son public qualifié : Pinterest c’est avant tout une communauté largement féminine, créative, et influente. En l’utilisant, vous ne vous adressez pas à un public lambda mais à ce que l’internet compte de plus actif et important dans la blogosphère féminine, où on ne compte plus les articles qui chantent les louanges de Pinterest.

Pinterest n’est pas exclusivement féminin et on n’a pas encore de véritables chiffres sur sa démographie, mais on sait au moins que les blogueuses y sont.

4 – Pinterest est une machine à preuve sociale :  un des mécanismes essentiels dans l’acte d’achat, la preuve sociale est un principe de sociologie selon lequel dans le doute, un individu aura tendance à imiter le comportement de ceux qui l’entourent. Pinterest est une machine à fournir des preuves sociales. Vous pouvez voir une photo sur un site et vous dire qu’elle est “sympa”, mais si elle est sur Pinterest, avec un gros chiffre de “like” et un gros chiffre de “re-pins” en dessous, vous vous sentez validé dans votre appréciation.

5 – Le facteur hype : Pinterest a pour lui cet insaisissable qualité que Facebook a perdu, que Twitter a de moiçns en moins et que Tumblr garde pour l’instant : Pinterest est cool ! Tout le monde parle de Pinterest, tout le monde en parle en bien, et tout le monde veut une invitation. Pinterest est un club un peu exclusif (rassurez vous, les invitations sont très facile à obtenir en vérité) et peu de marques l’utilisent pour l’instant. En simple vertu du fait que vous seriez parmi les premiers à utiliser Pinterest, on parlera de vous.

 

Pinterest, le réseau social très tendance (mais sans intérêt)

Sur le site du Nouvel Obs, Boris Manenti est beaucoup plus critique à propos de Pinterest.

Le réseau vise à « épingler » (« pin ») sur des « tableaux » les photos ou vidéos « qui ont de l’intérêt ». Là où Twitter consiste à partager des liens et actualités, Pinterest plaide le partage de la photo stylisée de mode, de cuisine, l’image drôle… Un concept qui mélange Tumblr et Instagram, mais sans ce qui fait leur charme.

Tout commence par le sésame invitation. En réseau social « tendance » qui se respecte, Pinterest impose d’être « invité » par un initié pour ouvrir ses portes. Le site épuré dévoile alors un patchwork d’images avec des commentaires discrets. Chaque image peut être « aimée » (« Like ») ou « repostée » (« repin »). Basique mais efficace. On apprécie l’absence totale de publicité.

En curieux, on publie une timide première photo sur un tableau thématique. On s’amuse à retrouver quelques « amis » Facebook ou Twitter. Hélas, ce sont toujours les mêmes « amis » qui squattent tous les nouveaux réseaux sociaux. Pinterest ne fait pas exception : le site est désert. En attendant, on regarde défiler les photos publiées. La majorité des utilisateurs plébiscitent les photos de mode et de cuisine.

Et on s’interroge. Quel est l’intérêt de Pinterest ? La réponse est simple : aucun. Certains reprochent aux utilisateurs de Twitter d’être autocentrés, mais sur Pinterest l’égocentrisme bat son plein. « Regarde ce que moi j’aime » pourrait être le slogan du réseau. Chaque utilisateur est le héros de son exposition personnelle. Le tout se fait sans talent, sans rien apporter de neuf.

Au final, Pinterest est fade. L’intérêt du réseau social n’est pas clair. On ne sait pas encore exactement comment les internautes vont s’approprier le site. Deviendra-t-il un réseau « lifestyle » à destination des femmes ? Un bon moyen pour les marques de communiquer sur leurs produits ? Qu’importe, en attendant, Pinterest lasse vite, très vite. S’il est tendance aujourd’hui, il pourrait retomber aussi vite qu’un soufflé. Un épiphénomène en somme.

Nathalie Collard aussi regarde le nouvel outil avec scepticisme, mais évoque aussi le fait que Pinterest est davantage centré sur l’objet que l’individu :

Un nouveau réseau social? Une plateforme plutôt ou, si vous préférez, un babillard numérique qui permet à l’utilisateur, une fois qu’il a ouvert un compte, d’épingler (to pin) ses images préférées, selon ses intérêts (d’où le nom Pinterest). Du scrapbooking numérique, en quelque sorte. Qu’affiche-t-on sur Pinterest? Ce qui nous chante. Des images de maison de campagne, de talons aiguilles, de robes de mariée, etc. On peut regarder les babillards des autres en s’abonnant à leur compte et leur repiquer les images qui nous intéressent. Arianna Huffington ne dit-elle pas que nous sommes à l’ère de l’expression de soi? (…)

Bref, on peut parler d’un véritable phénomène, même si, pour l’instant, il faut encore une invitation du site pour s’abonner et exposer ses propres images. Certains comparent Pinterest à Napster, où on pouvait échanger de la musique. Mais voilà: le concept de Napster ne respectait absolument pas le principe des droits d’auteur. Est-ce à dire que Pinterest encourage le viol de droits d’auteur? Ce n’est pas clair. Il faudrait qu’un photographe, par exemple, dépose une plainte pour que la justice tranche.

Est-ce que l’enthousiasme pour Pinterest va durer ou s’agit-il d’une mode passagère? «Il y a une tendance lourde qui nous oblige à prendre au sérieux cette nouvelle forme de service web, surtout auprès des femmes», a écrit le blogueur et conférencier québécois Benoit Descary sur son blogue la semaine dernière.

On voit d’ici toutes les possibilités qu’offre le site pour le commerce en ligne. Plutôt qu’une bête publicité, voilà que des objets nous sont proposés sans aucune pression par des amis ou des connaissances qui aiment les belles choses et les regroupent au même endroit. En cliquant sur l’image d’une robe, par exemple, on peut être dirigé vers deux endroits: un site qui nous expliquera comment en fabriquer une semblable ou encore un site transactionnel où on pourra se la procurer. Reste que pour l’instant, le côté «catalogue» de Pinterest n’est pas encore mis de l’avant.

Comment expliquer ce succès fulgurant? Deux raisons majeures. La première, suggérée par le journaliste techno du New York Times, David Pogue: «Contrairement à Facebook et à Twitter, on s’inscrit d’abord à Pinterest pour notre usage personnel. Le fait que les gens s’abonnent à nous ou pas n’est pas très important, car on ne diffuse pas de l’information; on rassemble des images qui nous inspirent», écrivait-il la semaine dernière. Vrai, le côté créatif de Pinterest explique sans doute une partie de son succès.

L’autre explication, drôlement pertinente, vient de Bianca Bosker, responsable de la section Techno de Huffington Post, qui se demande si nous ne sommes pas arrivés à un stade où nous en avons marre des autres. «Sur Pinterest, écrit-elle dans son blogue, plutôt que de dire «regardez-moi!», comme on le fait sur Twitter et Facebook, nous disons plutôt: «regardez ça!»» Vrai, en cette ère de narcissisme et d’autopromotion à outrance, ça fait du bien!

 

Connaissez-vous Pinterest, le dernier épiphénomène d’une longue série

Fred Cavazza a un point de vue très caustique sur le « blog lifestyle du pauvre », point de vue que je partage en grande partie :

Je ne sais plus qui disait que le web évolue par cycle de 5 ans, en tout cas j’ai comme l’impression que tout le monde est en train de chercher le nouveau Facebook. Pourquoi ? Je ne sais pas trop en fait… Ce mois-ci, la dernière coqueluche de la blogosphère est doncPinterest. Avant cela il y avait InstagramPathColorTurntableQuora,Chatroulette Certes, il y a des chiffres intéressants que l’on peut bidouiller pour faire de belles infographies, mais vous ne trouvez pas que ça commence à faire beaucoup trop de services de partage de trucs sympas / mignons / rigolos ? Parce que dans le même genre il y a aussi Polyvore,ShopStyle… (…)

Je ne remets pas en cause l’intérêt de ce service pour séduire les hipsters de la Silicon Valley, mais vous constaterez qu’il est avant tout configuré pour partager des produits inspirationnels ou socialement valorisants. La vérité est que Pinterest engendre surtout un afflux de trafic pour les productions de luxe ou artisanales, les principaux bénéficiaires sont donc les boutiques en ligne qui vendent des produits branchés. Tant mieux pour My Red Ponny ou Petit Zèbre, mais et les autres ? J’ai comme l’impression que Pinterest est le blog lifestyle du pauvre. (…) Existe-t-il une chance pour que l’on retrouve des prestations d’assurance ou des produits de consommation courante dans un board ? Aucune.

(…) Si l’on considère Pinterest comme un moteur d’inspiration de produits sortant de l’ordinaire, alors oui, c’est un des meilleurs de cette catégorie, mais très clairement pas le futur Facebook ou Twitter. De ce point de vue là, Pinterest pourrait être considéré comme un concurrent de Flipboard : un magazine personnalisé où vous allez piocher de l’inspiration. Le modèle semble en inspirer plus d’un car la concurrence est déjà là avec des alternatives plus classieuses (Pose), pour la vidéo (Chill), dédiées au porno (Snatchly) ou pour les hommes (Gentlemint).

Au final, nous avons donc un phénomène marginal comme on en voit tous les trimestres. D’autant plus que ces services mettent en place des leviers de monétisation plutôt obscures (Pinterest is quietly generating revenue by modifying user submitted pins), et Pinterest n’est pas le seul (The Price of Free: Path Uploads Entire Address Book To Its Servers). (…)

Le meilleur conseil que je puisse vous donner est de ne pas trop perdre votre temps à identifier le dernier service à la mode qui buzz. Intéressez-vous plutôt sur des plateformes sociales plus versatiles comme Tumblr (cf. Buddy Media’s CEO says 2012 is the year of Tumblr) ou sur des initiatives d’envergure à l’image de la communauté ReBrick de Lego (Lego Launches Social Media Platform).

 

Quelques présentations de Pinterest

Pour conclure, quelques présentations de Pinterest, sur la blogosphère (merci à NetPublic). Les articles sont issus pour la plupart de blogs créatifs féminins :

3 comments on “Revue de presse : Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *