Catégorie : Québec

En ligne sur les médias sociaux avec les commissions scolaires

en ligne sur les médias sociaux

Le mercredi 13 avril, j’aurai le privilège de faire une conférence sur les médias sociaux qui ouvrira le bal d’une session de perfectionnement de l’Association des cadres scolaires du Québec. L’occasion pour moi de partager mes expériences et ma vision de ces nouveaux outils de communication.

L’Association des cadres scolaires du Québec organise une session de perfectionnement pour ses membres les 13, 14 et 15 avril, à Québec. Cette année, le thème choisit est celui des médias sociaux, et il occupera une place centrale dans les ateliers et les conférences présentées au cours de l’événement. Le milieu scolaire se pose les mêmes questions que les autres par rapport aux médias sociaux : quelle place faut-il leur laisser? qu’en savons-nous? que devons-nous savoir? quelles balises devons-nous fixer? quels sont les impacts légaux?

Cette activité s’adresse plus particulièrement aux secrétaires générales et secrétaires généraux, aux directions générales, aux gestionnaires et aux professionnelles et professionnels en communication et à tous les gestionnaires des commissions scolaires intéressés par la thématique.

Le mercredi 13 avril je donnerai donc la conférence d’ouverture de l’événement : « Les médias sociaux : ni une mode, ni une option, mais un nouveau mode de communication« . Un tour d’horizon de l’univers des médias sociaux, avec quelques exemples à l’appui et des pistes de réflexion pour démystifier les outils et sensibiliser aux enjeux.

en ligne sur les médias sociaux

Le jeudi 14 avril ce sera au tour de René Villemure de prendre la parole sur le thème « Les médias sociaux et l’éthique : Quoi faire pour Bien faire? » René Villemure est consultant et fondateur de l’Institut québécois d’éthique appliquée.

Voici la présentation de sa conférence qui s’avère prometteuse :
En 2011, l’éthique n’a pas la vie facile, elle est masquée par tout ce qui se prend pour elle.
Le sujet de l’éthique est sur toutes les lèvres, mais force est parfois de constater qu’il demeure mal connu. Les médias font abondamment état de « manque d’éthique » et de besoin de « codes d’éthique ». Mais, qu’en est-il réellement de l’éthique? Qu’en est-il de l’éthique en ce qui concerne l’usage des médias sociaux? Quoi faire pour Bien faire lorsqu’il n’y a pas de règles, lorsque la règle est muette ou lorsqu’il y a trop de règles et que l’on ne s’y retrouve plus?
La présentation a comme objectif de démystifier l’éthique en présentant les raisons de sa résurgence dans la société québécoise puis à faire mieux connaître son application dans la réflexion autour des médias sociaux. Seront aussi présentés les concepts de valeur et de temps, essentiels à la gestion éthique.

Les autres interventions notables de l’événement (vous pouvez également consulter le programme complet sur le site de l’ACSQ) :

Le comité multidisciplinaire sur les réseaux sociaux et son plan d’action
Une conférence d’Anik Gagnon, directrice adjointe de la Direction du service des affaires corporatives et des communications, et de Josiane Landry, avocate, conseillère en gestion et conseillère juridique à la Direction du service des affaires corporatives et des communications, toutes les deux à la CS de la Seigneurie-des-Mille-Îles.
À la suite de quelques incidents et d’une volonté d’exploiter positivement le Web 2.0, la CS de la Seigneurie-des-Mille-Îles a mis en place un comité multidisciplinaire sur les réseaux sociaux. Après avoir défini six clientèles et trois axes d’interventions, le comité a élaboré un plan d’action dans lequel on retrouve les moyens et un calendrier de travail. Deux membres du comité vous feront état de leur démarche.

Être ou ne pas être sur Facebook?
Une conférence de Frédérick Roussel, avocat, coordonnateur aux affaires corporatives, Service du secrétariat général, des affaires corporatives et des communications, CS Marie-Victorin
À partir de l’expérience de la Commission scolaire Marie-Victorin, vous pourrez juger si Facebook et les autres médias sociaux sont une option de communication appropriée pour votre commission scolaire. Nous verrons également comment maximiser l’utilité des médias sociaux tout en réduisant les risques associés.

Même petit, communiquer en grand avec les médias sociaux, c’est possible! Comment les utiliser de façon simple, efficace et intégrée?
Une conférence de Guy Lavoie, conseiller en communication, CS de Kamouraska-Rivière-du-Loup
La Commission scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup, en intégrant les médias sociaux (Facebook, Twitter) dans ses communications quotidiennes, a développé un modèle qui tient compte de sa réalité et qui s’alimente via sa toile et Internet. Un an après… et des centaines d’amis : présentation du bilan et de la recette d’une approche qui se veut résolument proactive.

Mon monde secondaire.com
Une conférence de Diane Blais, directrice du Service des communications, CS de la Région-de-Sherbrooke

Pour la promotion 2010 des écoles secondaires, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke a mis en place une stratégie Web novatrice en créant le site www.monmondesecondaire.com.
Grâce à une carte VIP munie d’un code à barres, l’élève réalisait son profil sur le site lui permettant de participer à des quiz interactifs ou encore de s’enregistrer aux portes ouvertes. Par l’accumulation de points, il devenait éligible à deux concours. Une zone réservée aux médias sociaux (YouTube, Viméo, Facebook, Twitter) offrait la possibilité de suivre, de partager et de commenter le tout.

Le cœur des activités des secrétaires généraux et des intervenants en communication souvent appelé à battre au rythme des réseaux sociaux
Une conférence de René Paquette, avocat Langlois Kronstrom Desjardins
L’arrivée en force des médias sociaux dans notre société, à tous les niveaux, est une réalité à laquelle les commissions scolaires sont confrontées.
Comment réagir face à cette nouvelle réalité? Quelle est l’étendue du droit d’intervention d’une commission scolaire? Quels sont les devoirs d’une commission scolaire envers ses élèves et les membres de son personnel? Quels droits sont visés par cette réalité?

Comment utiliser légalement des œuvres protégées par le droit d’auteur
Une conférence de François Houde, avocat Morency Société d’avocats
La Loi sur le droit d’auteur date du début du siècle dernier et elle fait actuellement l’objet d’une modernisation par le dépôt du projet de loi C-32. Ce projet de loi vise au premier chef à tenir compte des nouvelles technologies telles I-POD, I-PAD, MP3, le WEB et le WEB 2.0 ou les bibliothèques électroniques. Le secteur de l’éducation est particulièrement interpellé par ce projet de loi.
Un enseignant peut-il télécharger un texte, le présenter à ses élèves, l’utiliser indéfiniment sans demander l’autorisation aux auteurs ? Doit-il payer des frais?

J’ai bien hâte à l’événement et je ne manquerai pas de faire un petit bilan de ma conférence par la suite.

Materia e-boutique : un Etsy à la québécoise?

MATERIA e-boutique - Materia E-Boutique

Etsy fait partie de mes sites préférés. Cette plateforme de vente en ligne est simple, efficace et d’un esthétisme qui doit faire pâlir eBay de jalousie. Alors quand j’ai entendu parler du lancement de la boutique en ligne Materia, j’étais très intrigué. Un Etsy à la québécoise?

Materia e-boutique, c’est quoi?

Tout d’abord, il y a le centre Materia : le seul centre d’artistes et de diffusion en métiers d’art au Canada, Materia est depuis 10 ans le porte-parole des créateurs en métiers d’art. C’est le centre Materia, organisme caritatif à but non lucratif, qui est mandataire de Materia e-boutique.

MATERIA e-boutique - Materia E-Boutique

Materia e-boutique (bof pour le nom) est un portail transactionnel qui permet aux créateurs en métiers d’art de la région de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches de présenter et vendre leurs créations en ligne. Outre le site lui-même, il y aura un blog (en construction pour l’instant) et une présence sur les médias sociaux (Facebook, Twitter, Flickr, etc.). J’ai assez hâte de voir le blog, je pense qu’il y a un potentiel intéressant.

Vous voulez appuyer les créateurs d’ici sans sortir de chez vous ? C’est maintenant possible grâce à MATERIA e-boutique. En un seul clic, vous avez accès à des centaines d’objets et œuvres en métiers d’art.
En achetant sur la boutique virtuelle, vous encouragez les créateurs québécois tout en devenant propriétaire d’une pièce unique ou de petite série dont tous seront jaloux. (Materia e-boutique)

Les oeuvres présentées sont variées : sculpture, céramique, verre, joaillerie, textile, reliure, coutellerie d’art, etc. Pour l’instant on retrouve une dizaine d’artistes seulement, mais j’imagine que d’autres viendront bientôt grossir les rangs. Quelques objets ont déjà attiré mon regard.

Pourquoi vendre sur Materia?

Pour que l’initiative fonctionne, il va falloir que les artistes acceptent le modèle d’affaires proposé. Pour avoir sa boutique de créateur sur la plateforme, il faut débourser 25$ par mois et une commission de 20% du prix des oeuvres revient à Materia.

À titre de comparaison, ouvrir un compte de vendeur sur Etsy est gratuit, lister un objet coûte 20 cents et le site ne prend que 3,5% de commission. Et Etsy jouit d’un trafic considérable.

Etsy - Your place to buy and sell all things handmade  vintage  and supplies

Par contre, Materia offre de nombreux services à valeur ajoutée aux créateurs qui veulent ouvrir boutique sur la plateforme :
Promotion de la boutique et des créations par le biais de publicités, bulletins électroniques, médias sociaux (blog, Facebook, Twitter, Flickr, YouTube, Vimeo).

  • Cartes d’affaires, cartons promotionnels, autocollants et macarons aux couleurs de la e-boutique.
  • Conseils gratuits sur l’emballage et l’expédition d’œuvres.
  • Formation gratuite sur la gestion de votre boutique en ligne.
  • Prêt d’un appareil photo semi-professionnel et des conseils relatifs à la prise de photo.
  • Service de comptabilité sans frais qui s’occupe de toutes les transactions.
  • Personne-ressource disponible sur les heures de bureau afin de vous conseiller.
  • Adhésion annuelle au centre qui permet entre autres de recevoir les cartons d’invitation pour les expositions du centre, les appels de dossier en métiers d’art et les offres d’emploi et de bénéficier de services adaptés à votre discipline

 

Tout cela n’est pas négligeable, et ces avantages pourront être des arguments convaincants pour les artistes, notamment ceux qui sont moins à l’aise avec l’idée de faire du commerce en ligne. La valeur de ces avantages dépendra par contre de la capacité de Matéria à mobiliser sa communauté, en volume (trafic, adeptes, lecteurs, abonnés, etc.) et en qualité (interactions, commentaires, etc.). La boutique va devoir faire ses preuves en tant que canal de visibilité et donc, de vente. À suivre et à découvrir!

Retours sur la conférence de Jean-Pierre Raffarin et Bernard Landry

bernard-landry

Comme je le mentionnais en novembre dernier, les anciens premiers ministres Jean-Pierre Raffarin et Bernard Landry ont tenu une conférence le 21 janvier dernier. Organisé par la Chambre de commerce française au Canada, section Québec, l’événement avait pour thème l’espace économique franco-québécois à l’aube de l’entente de libre-échange Canada-Union européenne.

Je vous invite à lire deux comptes rendus de l’événement :

Conférence de Jean-Pierre Raffarin et Bernard Landry, un succès sur toute la ligne! par Serge Duclos, directeur général de la Chambre de commerce française au Canada, section Québec (connu sur Twitter sous le nom de @sergeduclos66)

Québec – France : la parole à 2 Premiers ministres, par Éric Taillefer, président d’Harmonya, une entreprise de création et de commercialisation de produits technologiques pour les malentendants (lui aussi présent sur Twitter : @eric_taillefer)

Comment ça #WAQ ?

WAQ - Le Web à Québec

Le #WAQ, c’est l’événement célébrant l’industrie du Web qui aura lieu du 23 au 25 février 2011 à Québec. La programmation a finalement été dévoilée, avec un peu de retard. Célébration multidisciplinaire, ou trop hétéroclite?

De nombreuses activités seront organisées pour mettre en valeur les talents de la Capitale Nationale : conférences, ateliers, compétitions, etc. Une occasion pour les acteurs du Web de valoriser leur industrie, de présenter ses succès et de réflechir sur son avenir.

Lane Becker, président de Get Satisfaction

Lane Becker

La conférence d’ouverture du #WAQ sera donnée par Lane Becker, co-fondateur et président de Get Satisfaction, une startup qui développe de nouvelles manières d’obtenir de la rétroaction de la part des consommateurs, à travers des environnements collaboratifs.

Buffet rassembleur ou indigeste?

Après cette plenière d’ouverture qui sera sans doute très courue parmi les geeks et autres technophiles (c’est Lane Becker, pas Justin Bieber!), des présentations, des études de cas et des classes de maître seront données sur différentes facettes du Web, des médias sociaux au HMTL5, en passant par la mobilité et le cloud computing.

De quoi satisfaire les appétits des webonautes. Mais est-ce que ce buffet ne sera pas indigeste? Il me semble qu’il manque un fil conducteur à tous ces petits exposés, une thématique, un angle d’approche. De la célébration multidisciplinaire au patchwork, il n’y a qu’un pas.

WAQ - Le Web à Québec

L’événement se veut rassembleur, mais ne risque-t-il pas d’exposer les différences et les divisions entre les branches du web plutôt que de dresser des ponts entre des groupes qui se parlent (trop) peu? Je vois d’ici le panel sur les médias sociaux être boudé par les « bouffeux de code » qui sont fatigués (parfois avec raison) de se faire bassiner les oreilles avec le « webbeudeux ». Les responsables de l’animation ne vont pas avoir la tâche facile pour motiver les troupes et éviter les querelles de clochers.

La programmation reste à ce jour encore incomplète : quelques trous ici et là qui ne devraient pas tarder à se combler. Peut-être y trouverais-je le fil conducteur? J’attends patiemment. Comment ça #WAQ? Je m’interroge.

Le #WAQ se terminera avec un panel de réflexion sur l’avenir du Web  à Québec, puis la présentation des réalisations du Iron Web.

Consultez la programmation du #WAQ

Projet Notman : un accélérateur d’entreprises web à Montréal

maison-notman

Cette semaine nous avons appris que Google devenait partenaire du Camping, l’incubateur français de startups. Au Québec, un projet d’accélérateur d’entreprises web se dessine à Montréal.

Transformer la Maison Notman en accélérateur de startups

La Maison Notman, un immeuble historique désaffecté de la rue Sherbrooke, à Montréal, devrait bientôt se transformer en accélérateur pour entreprises du web. Le projet,initié par la Fondation OSMO, vient d’obtenir l’appui financier de la ville de Montréal.

Celle-ci a confirmé son appui au projet juste avant les fêtes. Le comité exécutif de la Ville a approuvé une contribution de 462 000$. Des investisseurs privés allongeront pour leur part 2,5 millions. La Fondation OSMO souhaite aussi des subventions de 4 millions des gouvernements du Québec et du Canada, mais cette enveloppe n’a pas été confirmée.

La Fondation OSMO rassemble des investisseurs et des dirigeants du secteur des technologies et des médias montréalais.

Le plan consiste à établir dans un même bâtiment des sociétés naissantes de la technologie web et mobile, ainsi que des investisseurs spécialisés dans le capital de risque. La stratégie permet aux petits entrepreneurs d’échanger des connaissances pour mieux développer leur produit, tout en tissant des liens avec des créanciers potentiels.

maison-notman

Un projet parrainé par Montréal Start Up

Le parrain du projet, John Stokes, est le cofondateur de Montréal Start Up, une firme d’investissement spécialisée dans le capital de risque. Selon lui, les jeunes entreprises du web et des technologies mobiles ont deux particularités : elles échangent des idées entre elles, et elles lancent des projets avec des investissements relativement petits.

Des startups partout

Des concepts semblables ont été mis sur pied en Californie, où le Plug and Play Tech Center rassemble 200 entreprises en démarrage. À Waterloo, en Ontario, le gouvernement provincial a investit 26 millions pour lancer le « Communitech Hub« .

Des entreprises comme Research in Motion, OpenText, Agfa, Christie Digital et bien d’autres ont également contribué à la création du centre.

Les Startup Camp sont également très populaires. Le Startup Camp Montréal organise sa 7ème édition qui aura lieu le 20 janvier.  Cet événement prévoit d’attirer plus de 400 personnes. Le Startup Camp Québec, quant à lui, lance sa 2ème édition le 4 février.

Sources :
Un «accélérateur» d’entreprises du web verra le jour
La Maison Notman

La Fondation OSMO

Startup Camp Québec 2011

Startup Camp Québec

Comme je vous le mentionnais dernièrement, le Startup Camp Québec 2011 aura lieu le 4 février prochain à l’Auberge Saint-Antoine. Cet événement permettra aux nouvelles entreprises oeuvrant dans le secteur des technologies de l’information de Québec de présenter leurs projets et trouver du financement.

Startup Camp Québec 2011

Les entreprises ont jusqu’au 19 janvier 2011 pour se porter candidates. La formule de la candidature est simple : se décrire en 10 lignes pour être éligibles à cette journée tremplin entièrement gratuite si elles sont retenues. Pour le Startup Camp Québec 2010, seize entreprises avaient été sélectionnées parmi les 35 candidatures déposées.

Les entreprises choisies par le jury auront droit à une formation d’une demi-journée leur permettant d’apprendre à se présenter devant les investisseurs, à mieux ficeler leur projet et à assurer le succès de leur entreprise. Puis, tour à tour, les entrepreneurs présenteront leur entreprise en 10 minutes devant un public formé de bailleurs de fonds, d’investisseurs majeurs, de ministères et de gens d’affaires. À la fin de la journée, le jury dévoilera son coup de coeur parmi tous les participants. Le Startup Camp Québec se terminera avec un 5 à 7 convivial.

Initié en 2010 à Québec par la Voix des entrepreneurs en TI. de Québec (VETIQ), en collaboration avec Québec International, l’événement s’inscrit dans la lignée du Startup Camp Montréal. Ce dernier lancera sa 7ème édition le 20 janvier.

Source :
Communiqué de presse officiel Startup Camp Québec 2011

Google partenaire du Camping, l’accélérateur de startups

Le Camping – Kick off for Startups

Google a annoncé un nouveau partenariat en France autour d’un projet audacieux : Le Camping. Ce projet a été initié par Silicon Sentier, une association qui travaille avec les startups Web et TIC en Île-de-France.

Le Camping, un accélérateur de startups

Le Camping s’inscrit dans la dynamique du  Startup Weekend Paris, organisé par Franck Nourygat à La Cantine, et qui a prouvé que des startups peuvent naitre en moins de trois jours. ArtGame Weekend avait aussi prouvé que des web apps peuvent être développées en trois jours. Le Camping doit aussi sa naissance aux idées échangées lors du Startup Bootcamp.

Le Camping est décrit comme un accélerateur de startups, un programme de 6 mois pour passer de l’idee au business. Concrètement, pendant six mois, 12 startups sélectionnées (sur plus de 160 candidatures reçues) par un jury de business angels et de fonds d’investissements, vont être coachées par une soixantaine de mentors, eux mêmes entrepreneurs du web. Tous les conseils leur seront donnés pour réussir et passer à la vitesse supérieure. Au terme de ces 6 mois, un investor day sera organisé pour permettre à ces startups de trouver les fonds nécessaires à leur croissance et de nouvelles startups seront sélectionnées pour suivre le programme.

Une initiative de Silicon Sentier

Silicon Sentier se décrit comme une organisation qui « facilite la création d’environnements fertiles pour les entrepreneurs innovants et les communautés technologiques en leur proposant des espaces de travail, de rencontres et de visibilité, un savoir-faire, une connaissance fine des réseaux et écosystèmes. » L’association, qui a reçu l’appui du Conseil Régional Île-de-France,  existe depuis 8 ans et compte plus de 160 membres, de la startup à la grande entreprise.

Un partenariat avec Google

Google a choisi d’être partenaire de cette initiative « parce que les valeurs de créativité, d’esprit d’entreprendre et d’innovation portées par Le Camping sont également celles qui ont nourri depuis toujours notre ADN » explique Elisabeth Bargès, Policy Manager de Google France. Ce partenariat prendra la forme de bourses pour les startups sélectionnées. Il comprendra également la mise en ligne des contenus pédagogiques sur YouTube et la participation des Googlers, experts du web, qui pourront transmettre leurs compétences et leur savoir-faire.

Le Camping en quelques mots :

  • 3 mois d’accélération, pour passer de l’idée à la démo
  • 3 mois de croissance, pour faire d’une démo un business.
  • L’accès à des mentors reconnus pour leur expertise sectorielle et leur expérience entrepreneuriale.
  • L’occasion de montrer sa démo lors de «l’Investors Day » devant plus de 100 investisseurs.
  • Des locaux en plein cœur de Paris, dans le quartier historique de l’entreprenariat web parisien, au Palais Brongniart.
  • Le Camping est une initiative à vocation européenne, initiée, portée et incarnée par Silicon Sentier.

Le Camping – Kick off for Startups

Un réseau social pour les Startups françaises

Startupers.fr est un nouveau réseau social de niche déstiné aux entreprises françaises en démarrage. Ce réseau est lui-même en démarrage – pour y avoir accès vous devez en faire la demande via Twitter.

Startup Camp Québec, deuxième édition

Les entrepreneurs québécois auront l’occasion de participer au 2ème Startup Camp Québec, qui aura lieu le 4 février 2011. Cet événement, organisé par la VETIQ et Québec International rassemble investisseurs et entreprises en démarrage. Les startups ont 10 minutes pour présenter leur projet et intéresser les investisseurs. Je reviendrai plus en détails sur cet événement dans les jours qui viennent.

Sources :

Le Camping

Silicon Sentier

Google devient partenaire du Camping, l’accélérateur de startups inédit en France !

Startup Camp Québec