Influence, influenceurs et influencés

Pendant que les réseaux sociaux se popularisent de plus en plus, la notion d’influenceur soulève de nombreux débats. Quelles sont les personnes qui forgent les opinions sur le Web 2.0? Et d’abord, c’est quoi un influenceur?

Certains sont plus « égo » que d’autres

Attention, ne pas confondre influence et popularité (voir l’étude « Social Media Influencers: Lady Gaga Vs. Bono? » de Vocus et Brian Solis). Tout d’abord, l’influence est le processus par lequel un individu ou un groupe modifie le comportement d’un autre individu ou d’un autre groupe. C’est un processus actif lorsqu’il s’agit de persuasion, passif lorsqu’il s’agit de mimétisme (ou encore de grégarité).

Dans les réseaux sociaux, l’individu qui est un influenceur est celui qui forge, modifie, oriente les opinions et les comportements des internautes. Il exerce son influence à travers les nouveaux médias (Facebook, Twitter, Blogs, etc.) sur sa communauté. Je dis bien communauté, et non pas audience. En fait, cela s’applique à n’importe qui. Nous sommes tous des influenceurs : pour nos proches, nos amis, nos voisins, nos collègues, etc. Mais si nous sommes tous « égo » dans les réseaux sociaux, certains sont plus influents que d’autres (ou sont perçus comme tels).

La chasse à l’influenceur

Pour les entreprises comme pour les gouvernements, la notion d’influence est cruciale. Les influenceurs font la différence dans les processus d’achat et de votes. Tout le monde se pose alors la question : comment identifier ces fameux influenceurs ? Les critères ne manquent vraiment pas : audience, crédibilité, qualité du contenu, etc. Les outils de mesure non plus : Klout, Radian6, Traackr, TwitterGrader, etc. De quoi s’amuser durant des heures à savoir qui est le plus influent.

Au Québec, Raymond Morin a soulevé pas mal de réactions avec son palmarès des influenceurs basé sur Klout. Comme je m’y retrouve, je me suis dit qu’il faudrait peut-être que je donne mon opinion là-dessus…

L’initiative de ce palmarès est louable. Admettons-le, nous aimons les palmarès, les top 50 etc. Et tout palmarès est contestable : pas assez ciblé, pas exhaustif, etc. En l’occurence, ce palmarès dresse humblement la liste des personnalités francophones influentes du Web au Québec. Le classement est basé sur le score de Klout. Une mesure comme une autre, avec ses avantages et ses limites. Une fois ces paramètres acceptés, il me semble vain de discutailler sur les positions de tel ou tel individu dans ce classement. Klout ne prend pas en compte les blogs, ni LinkedIn, ni le facteur éolien.

Christian Amauger Klout Influence Summary

Mais suis-je vraiment un influenceur? Contrairement à la majeure partie du classement, je n’ai aucune tribune médiatique, je n’ai pas ma propre entreprise et la majeure partie de mon travail se fait dans les coulisses. Je ne fais pas partie non plus d’un groupe, club ou lobby quelconque.

Selon le classement du site Coups de… je me classe 876ème dans les 5000  plus gros comptes francophones sur Twitter. C’est un classement basé sur le nombre de « followers », ce qui n’est vraiment pas représentatif de l’influence.

Comme le dit maladroitement Stéphane Guérin, je ne pense pas que ma « disparation serait remarquée ». Comment comprendre alors ma présence dans un palmarès des influenceurs? Je crois qu’elle est due à mon travail de propagation : mes nombreux ateliers et mes conférences sur les médias sociaux, qui m’ont permis de rencontrer et tisser des liens avec des centaines d’entrepreneurs, de responsables marketing ou de communications. Elle est due aussi à mon travail de  veille et de partage de l’information (les innombrables liens que je diffusent à ma communauté). Tisser des liens. Partager des liens. Faire des liens. Voilà l’astuce.

Influenceur ou influencé

Si mesurer l’influence, c’est mesurer l’impact de l’influenceur sur sa communauté, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une relation à double sens. L’influenceur est-il vraiment le guide de la communauté? Ne serait-il pas parfois l’expression des idées de la communauté? On retrouve cette dualité dans les sphères politiques, journalistiques, économiques, etc. L’oeuf ou la poule, en quelque sorte.

Pour influencer, il faut savoir écouter, se rapprocher, faire preuve d’empathie. L’influenceur se trouve nécessairement affecté par ce processus. L’influenceur, en agissant de manière à exprimer les idées des membres de sa communauté, devient alors l’influencé. Il n’est plus le guide, mais le porte-parole.

Partage

Oublier cette relation réciproque, c’est tomber dans une mesure d’audience, de popularité, la course aux « stars », aux étoiles, souvent filantes. La notion de communauté d’influence est bien plus importante que celle d’influence. Dans les réseaux sociaux, nous construisons et participons à des réseaux justement, à des communautés. Ensemble.

Oublier le caractère interactif et collaboratif de l’influence, c’est passer à côté du Web participatif, de cet évasif Web 2.0.

Pour aller plus loin

Top 50 – Liste des influenceurs du Web du Québec

WTF’s an influencer?

Social Media Influencers: Lady Gaga Vs. Bono?

Comprendre les notions d’influence et d’influenceurs

Qu’est-ce qu’un individu influent?

Comment identifier et suivre les influenceurs sur le Web?

Les zinfluenceurs du Web 2.0

Il n’y a pas d’expert en médias sociaux

Les réseaux sociaux ne servent à rien

The 6 Factors of Social Media Influence: Influence Analytics 1

Blogueurs influents : l’autre grande illusion ?

Les palmarès: flatteurs, futile et fabuleux

12 comments on “Influence, influenceurs et influencés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *