Écrire pour le Web : La revanche du contenu sur le contenant

Votre site Internet est un canal de communication important qui doit véhiculer de manière forte votre message.

Si on parle beaucoup des médias sociaux aujourd’hui, il ne faut surtout pas négliger le site Web : c’est le point de référence pour les internautes, le cœur de votre présence numérique. Votre site est la synthèse du message que vous désirez communiquer, alors que les médias sociaux, eux, sont là pour le développer, l’entretenir, et le faire résonner (voir à ce propos « la place du blog dans la stratégie Web de votre entreprise« )

Mais comment écrire ce fameux message ? Beaucoup d’organisations sont confrontées au syndrome de la page Web blanche.

Écrire pour le Web, ce n’est pas simplement suivre quelques conseils classiques : utiliser un style actif, mettre l’information importante en premier ou raccourcir les textes. Ces principes ont été étudiés en long, en large et en travers, notamment depuis les travaux de Jakob Nielsen dans les années 90 (Concise, Scannable, and Objective: How to Write for the Web, par John Morkes and Jakob Nielsen en 1997).

 

blogueuse

Photo de blogueuse par Gabriela Herman

Écrire pour le Web devient de plus en plus complexe, dans la mesure où les règles du jeu évoluent rapidement. Il faut prendre en compte l’évolution des standards du Web, la mobilité, les médias sociaux, etc. Il faut prendre aussi en compte le fait que les internautes sont de plus en plus exigeants (ils veulent du contenu de qualité, actualisé, vivant, dynamique, etc.). Malheureusement, l’aspect rédactionnel d’un site est rarement considéré comme une priorité dans sa mise en place ou sa refonte.

Il y a quelques années je rencontrais un client potentiel qui voulait refaire son site Internet. Je m’assois avec lui et lui demande : « Alors, pourquoi voulez-vous refaire votre site? » Réponse : « J’aimerai changer la bannière. » Haussement de sourcil de ma part. « Mais quel est l’objectif? » Je n’ai obtenu que des réponses par rapport à l’environnement graphique du site, absolument rien par rapport aux finalités (développer une image de marque, augmenter la visibilité, promouvoir un nouveau service, etc.). Alors, évidemment, rien sur le message.

 

blogueuse-2

Photo de blogueuse par Gabriela Herman

La rédaction Web a souvent été mise en second plan par rapport aux aspects visuels des sites. Les entreprises veulent du « Wow », les entreprises veulent du « Ooomph ». On veut impressionner l’internaute, épater la galerie. Mais attention, les internautes se lassent très vite de ces feux d’artifice numériques. Et surtout : ils s’en foutent..

«Le contenu représente l’élément le plus important pour 9 internautes sur 10. » affirme Annie Fernandez, présidente de Fernandez Communication. « C’est donc dire que chaque mot a sa valeur. Autant accorder l’attention au contenu dès le départ, mettre l’emphase sur une rédaction adaptée et ciblée, pour un site plus performant, plus vivant»

Les organisations deviennent aujourd’hui de plus en plus autonomes dans la gestion de leur sites Web : la croissance des CMS (content management systems, qui permettent aux responsables d’un site de l’éditer de manière autonome), l’explosion des médias sociaux, l’importance de la mobilité et de l’interopérabilité sont autant de facteurs en faveur du texte par rapport à l’image. Le contenu prend sa revanche sur le contenant. Les organisations deviennent alors des médias à part entière, capables de produire et diffuser des contenus variés.

C’est beau, c’est magnifique, mais c’est également très angoissant pour les organisations. Parce qu’elles se posent toutes la même question. Comment donc écrire pour le Web ?

>> Lire la suite : Écrire pour le Web : Convaincre, c’est bien, convaincre d’agir, c’est mieux

15 comments on “Écrire pour le Web : La revanche du contenu sur le contenant

  1. Denis St-Michel on

    J’ajouterai à cela, en complément, que la plupart des chefs d’entreprise que j’ai rencontré ne veulent pas , en fait, revamper ou créer leur site web pour l’internaute, et c’est à mon avis là que réside la faille. Ils veulent créer le site web effectivement pour simplement créer l’effet wow. Car ils veulent se servir de l’enrobage du site web pour épater leur partenaire de golf, ou le client potentiel qu’ils ont rencontré dans un salon ou un forum.

    Il savent que le président qu’ils ont rencontré n’a pas le temps (tout comme lui) de surfer sur le web. Son site web devient donc une petite carte d’affaire qui fera -ou pas- un effet wow propice à se rencontrer à nouveau.

    Bon billet Christian!

    Répondre

Répondre à E-Gouv Québec (@eGouvQC) (@eGouvQC) Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *