Auteur : Christian Amauger

Le Web 3.0 selon Google

Lors d’une conférence au Forum Digital de Séoul en 2007, le P.D.G. de Google et membre du conseil d’administration d’Apple, Éric Emerson Schmidt, a défini ce qu’il considère comme le « futur du Web » :

« Le Web 3.0 sera considéré tel un ensemble d’applications modulaires ayant en commun un certain nombre de caractéristiques : ce sont des applications légères ; les données sont éparpillées dans l’Internet ; les applications peuvent être embarquées sur n’importe quel dispositif, PC ou portable ; elles sont extrêmement rapides et personnalisables ; en outre, elles sont distribuées de façon essentiellement virale, à savoir par les réseaux sociaux, le courriel. Plus besoin d’aller au magasin pour les acheter. C’est un modèle applicatif très différent de ce que nous connaissions jusqu’à présent dans l’informatique … probablement destiné à s’étendre, s’étendre. Les barrières à l’entrée sont très basses et la nouvelle génération d’outils annoncée aujourd’hui par Google et d’autres sociétés le rendent relativement facile à concevoir et à utiliser ; elles résolvent beaucoup de problèmes et fonctionnent sur tout et partout. »

Les grands axes du Web 3.0 seraient donc la simplification et la démocratisation des logiciels, des outils et des données?

De tels développements font partie de la stratégie de Google, qui lutte toujours pour l’avancement de l’Open Source et dont le modèle d’affaires repose sur la publicité.

Pour plus d’infos, voir aussi :

http://pages.usherbrooke.ca/ncliche/wordpress/2007/09/18/le-web-30-selon-google/

http://www.roughtype.com/archives/2007/08/what_is_web_30.php

http://www.readwriteweb.com/archives/eric_schmidt_defines_web_30.php

Chapeau et gâteau

Félixe n’aime pas les chapeaux de fête.

Par contre elle aime bien les ballons de fête.

Mais vraiment PAS les chapeaux…

Félixe ADORE les gâteaux au chocolat!

Elle aime tellement les gâteaux au chocolat…

… qu’elle en arrive à oublier qu’elle porte un chapeau!

La veille sur Internet : une introduction

Avantages et inconvénients de la veille sur Internet

Avantages

– Information immédiate et mondiale
– Très faible coût d’interrogation
– Permet de détecter des experts, des fournisseurs
– Permet de détecter des prospects
– Permet de détecter et d’analyser les données de la concurrence

Inconvénients

– L’information n’est pas structurée
– Les syntaxes de recherche ne sont pas explicites et différentes selon les moteurs
– Les meilleurs moteurs de recherche ne trouvent que 30 à 35 % de l’information
– Les sites apparaissent et disparaissent de façon sporadique
– Les informations ne sont pas ou peu contrôlées

Démarche de veille sur Internet

Repérer ses sources

– Utiliser ses signets/favoris
– Privilégier les sites portails
– Utiliser les méta-moteurs on-line, pour repérer des nouveaux sites potentiellement intéressants.

Préparer ses requêtes

– Privilégier un vocabulaire spécialisé, apte à réduire le bruit.
– Maîtriser un ou deux moteurs et leurs opérateurs spécifiques.
– Connaître et utiliser, s’ils sont disponibles, les opérateurs de pondération des résultats.

Optimiser et planifier ses recherches

Chercher c’est :
– perdre du temps en manipulations avec le navigateur
– risquer d’être distrait par l’offre hypertextuelle des pages que l’on consulte
– être tributaire du débit réseau et des évènements de connexion.

Mais chercher c’est aussi :
– unifier ses recherches à l’aide de métamoteurs on-line
– collecter automatiquement et régulièrement l’info à l’aide de métamoteurs off-line
– surveiller avec régularité les pages des sites que l’on juge pertinents avec des outils d’alerte

Filtrer et faire émerger du sens

– Télécharger les références des résultats ou bien encore, les documents eux-mêmes.
– Indexer automatiquement en texte intégral avec des outils plus pertinents ou plus efficaces.
– Les réinjecter dans un système documentaire et les indexer « manuellement » à l’aide d’un thesaurus « fait maison ».
– Classer et organiser l’information.
– La représenter cartographiquement ou en diffuser une synthèse sous forme de pages Web

Glossaire de la veille

Les définitions suivantes sont issues de la Norme expérimentale Afnor XP X 50-053 intitulée « Prestations de veille et mise en place d’un système de veille ».

Analyse concurrentielle
Elle a pour objectif d’identifier les forces et les faiblesses des différents concurrents sur un projet donné. Elle relève du diagnostic stratégique externe que doit réaliser toute entreprise.

Asymétrie d’information
Situation dans laquelle deux acteurs ne sont pas informés au même niveau sur l’environnement qu’ils partagent. L’objectif de la veille stratégique est de repérer les asymétries auxquelles il faut remédier pour que l’entreprise puisse mettre au point sa stratégie globale, sa communication et son lobbying.

Audit de veille
Analyse réalisée dans une organisation pour définir le champ informationnel qu’elle doit couvrir pour pouvoir réagir et pouvoir anticiper. Cet audit doit faire un bilan sur les circuits d’informations existants dans l’organisation, sur le système de collecte, d’analyse et de synthèse. L’audit s’attache tout particulièrement à la diffusion de l’information ainsi collectée et aux freins qui peuvent gêner cette diffusion.

Axe de surveillance
Description ou caractérisation de thèmes d’information.

Benchmarking
Action qui consiste à comparer les processus de recherche, de fabrication, de commercialisation, de service après-vente… de plusieurs entreprises. Cette comparaison avec les mêmes données concernant sa propre organisation permet de rechercher des sources de progrès et de productivité. La comparaison peut se faire avec des organisations du même secteur mais il est possible de se comparer avec d’autres organismes ou entreprises afin de rechercher des idées de progrès souvent plus créatives.

Capteur
Elément humain ou technique d’un système de veille chargé de collecter et transmettre des signaux correspondant généralement à un axe de surveillance identifié.

Cellule de veille
Ensemble des personnes regroupées dans un service chargées de rechercher, collecter, analyser l’information sur l’environnement pour une organisation. Cette cellule doit ensuite diffuser l’information auprès des personnes concernées. Pour être efficace, elle doit être suffisamment proche de la direction afin de focaliser son action sur les axes stratégiques de l’organisation.

Communication de crise
Opération de communication mise en place en période de difficultés, de catastrophe, de grève… impliquant une rupture dans la fourniture du service. Cette communication doit être préparée à l’avance par l’entreprise afin de pouvoir répondre au mieux selon les circonstances. Cette préparation est indispensable afin d’atténuer les effets de la crise sur l’image globale et le chiffre d’affaires de l’entreprise. Une veille efficace permet d’alerter rapidement la direction générale sur les signes avant-coureurs de la crise et permet d’augmenter la réactivité de l’entreprise.

Désinformation
Utilisation de techniques de l’information, notamment de l’information de masse, pour induire en erreur, cacher ou travestir les faits.

Information blanche
Information aisément et licitement accessible.

Information grise
Information licitement accessible, mais caractérisée par des difficultés dans la connaissance de son existence ou de son accès.

Information noire
Information à diffusion restreinte et dont l’accès ou l’usage est explicitement protégé.

Information formelle
Donnée qui a été rédigée ou diffusée sur un support (papier, multi média, son, image…).

Information informelle
Donnée recueillie auprès d’une source orale ou n’ayant pas été explicitement mise en forme pour publication.

Information utile
Information directement exploitable par son destinataire.

Lobbying
Terme anglais qui provient de lobby (groupe de pression) et qui fait appel à la pratique d’une pression exercée sur les parlementaires et par extension aujourd’hui sur les différents acteurs du système décisionnel pouvant agir sur l’environnement d’une organisation. Ces pressions peuvent prendre des formes multiples (information, argumentation, conseil, appel à l’opinion publique, diffusion de livre blanc…).

Observatoire
Centre de regroupement et d’analyse de données qualitatives et quantitatives relatives à une problématique particulière pour en suivre les évolutions.

Signal d’alerte
Information critique qui génère le déclenchement d’une analyse stratégique.

Signal faible
Information qui annonce le changement d’une tendance et doit déclencher un travail de recherche d’informations complémentaires pour la confirmer et permettre le déclenchement d’une analyse stratégique.

Signal fort
Information qui confirme une tendance actuelle et qui permet de bâtir une stratégie de réponse adéquate.

Système de veille
Ensemble structuré réunissant les compétences répondant à des besoins de veille.

Système d’information stratégique
Système structuré qui permet de recueillir l’information sur l’environnement de l’entreprise susceptible d’impacter de façon favorable ou défavorable l’avenir et qui doit fournir l’information nécessaire pour bâtir la stratégie.

Veille
« Activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l’environnement [de l’entreprise ou de l’organisation ] pour en anticiper les évolutions » Il s’agit donc d’un processus récurrent de recherche et collecte de l’information dont les données sont traitées selon une finalité propre au destinataire, dans une démarche d’intelligence économique. La veille peut concerner toutes le fonctions de l’entreprise . La démarche globale de veille est généralement appelée veille stratégique.

Veille active
Surveillance de l’environnement focalisé sur ce que l’on suppose à priori important et stratégique pour l’entreprise.

Veille passive
Ecoute de tous les signaux de l’environnement sans axe précis.