Auteur : Christian Amauger

Événements Web : Linked Québec et Webcamp Québec

Webcamp Québec

Le 19 mai est une date « très Web » au Québec cette année. Deux grands événements tournant autour de la Toile vont en effet avoir lieu. D’une part, le rassemblement Linked Québec à Montréal, et d’autre part, le Webcamp à Québec.

Linked Québec

Linked Québec est un groupe créé sur LinkedIn par Simon Héniault, qui le définit ainsi :

Linked Québec est une communauté d’affaires favorisant notamment le partage d’information parmi les québécois. En bannissant toute forme de promotion directe et en favorisant l’entre-aide et le partage, la communauté semble être fort appréciée par ses membres.

Ce groupe est constitué de plus de 4300 membres venus de tous les coins de la province et de tous les horizons professionnels. Beaucoup de discussions sur des sujets très variés, par exemples : « Quel a été le meilleur conseil d’affaires que vous ayez reçu? » « Est-ce que les réseaux sociaux vont finir par remplacer petit à petit les traditionnels 5@7?  » ou encore « Recherche d’emploi : Quelle stratégie utilisez-vous lorsque vous êtes en quête d’un nouveau boulot? »

Linked Québec

Une première rencontre « physique » du groupe a été organisée à Québec par Pierre Ninon, propriétaire de « La Maison d’Amandine » le 21 avril. Pierre avais mis d’ailleurs un résumé de la rencontre sur son blog (Réseautage, porto et chocolats : Première rencontre du groupe Linked Québec). J’en avais également parlé dans « La Maison d’Amandine : magasin 2.0 et réseautage« .

La rencontre de Montréal du 19 mai est plus ambitieuse, avec plus de 150 participants attendus, un cocktail dinatoire, des formations, des vidéos, etc. À noter que l’événement va soutenir la fondation Partageons l’Espoir. Affaire à suivre.

Webcamp Québec

Un premier Webcamp a eu lieu à Québec le 15 juin 2009. Qu’est-ce qu’un Webcamp? Un événement qui repose sur le même principe que les Barcamps :

Un BarCamp est une rencontre, une non-conférence ouverte qui prend la forme d’ateliers-événements participatifs où le contenu est fourni par les participants qui doivent tous, à un titre ou à un autre, apporter quelque chose au Barcamp. C’est le principe pas de spectateur, tous participants. L’événement met l’accent sur les toutes dernières innovations en matière d’applications Internet, de logiciels libres et de réseaux sociaux. (Définition de Wikipédia)

Webcamp Québec 2010

Le Webcamp de 2009 avait été un franc succès (voir également le résumé de l’événement par Nicolas Roberge). L’édition 2010 du Webcamp Québec, qui prendra place le 19 mai également, est très prometteuse, avec plus de 300 participants prévus.

La semaine suivante, le 26 mai, ce sera le Webcom Montréal – « la plus importante conférence francophone sur les nouvelles technologies et le Web 2.0 au monde. » (dixit les organisateurs). La communauté Web du Québec se montre ainsi bien dynamique et énergique en ce mois de mai.

Tannés d’entendre parler du Web? Le 19 mai, vous pouvez faire un tour au Café Babylone pour fêter la Bretagne. Promis, je ne parlerai (presque) pas de Web 2.0…

La découverte ou l’ignorance

Du 14 au 23 mai, c’est la Fête de la Bretagne. Une région qui m’est chère, où j’ai grandi, et pour laquelle j’éprouve régulièrement des bouffées nostalgiques après 12 ans passés au Québec. Ma Bretagne, c’est celle des forêts obscures de Brocéliande, des côtes forgées par les caprices des vagues.

Soldat Louis, connu pour ses « chansons à boire » (le fameux « Du rhum des femmes« ), a aussi pondu le très beau et très pamphlétaire « C’est un pays« . La musique est quelconque mais les paroles me touchent beaucoup :

C’est un pays, fallait qu’j’t’en parle
Car j’l’ai dans l’coeur comme tu crois pas
Quand j’suis d’dans c’est pas normal
A croire que l’monde n’existe pas.

C’est pas fait pour les cons qui râlent
Après la pluie ou j’sais pas quoi
Moi j’l’aime mieux sous un ciel qui chiale
Balayé par un vent d’noroît.

Là-bas c’est la mer qui donne
Et qui reprend quand ça lui plaît
Et ce putain d’glas qui résonne
Quand elle a r’pris tout l’monde le sait.

Là-bas si c’est pas pour ta omme
On te le f’ra savoir vit’fait
Ils en ont vu passer des tonnes
De colons et voire même d’Anglais.

Et puis parfois toute la violence
Qui fait lever l’poing sur la place
qui rappelle qu’il y a méfiance
Après la langue on vise la race.

Qu’elle s’est pas trop gênée la France
Pour lui mettre les pieds dans la crasse
Des fois qu’l’idée d’indépedance
Ne laiss’rait pas vraiment de glace.

Car ça n’aime pas les conquérants
A la cupidité vénale
D’puis qu’une Duchesse encore enfant
S’est fait mettr’ d’une manière royale.

Sa liberté c’est l’océan
Qui la nuit va r’joindre les étoiles
Et sa terre qui a fait serment
D’être à jamais terre nationale.

C’est aux cris des oiseaux de mer
Quand il reviennent près du rivage
Que j’ai compris qu’il y a l’enfer
Mais qu’ça vaut toujours mieux qu’une cage.

Et même quand chaque jour est une guerre
Qui n’se lit que sur les visages
Ici on n’parle pas d’sa misère
Et encore moins de son courage.

Si j’en rajoute un peu, tant pis
Au début j’t’ai bien dit que j’l’aime
Dans tout c’merdier c’putain d’pays
M’tient plus chaud qu’la gonzesse que j’traîne.

J’ai pas fini d’l’ouvrir pour lui
Pour lui j’fil’rais même des chataîgnes
Au premier salaud qui l’détruit
Ou qui voudrait lui r’mettre des chaînes

On peut faire un parallèle assez intéressant avec le Québec avec ces paroles. En remplaçant « pluie » par « neige » notamment… Dans la même veine, il y a la magnifique chanson « La découverte ou l’ignorance » de Tri Yann (1976).

Ces paroles sont inspirées de « Comment peut-on être breton? » de Morvan Lebesque (l’extrait ci-dessous vient de Wikipedia) :

« Le breton est-il ma langue maternelle ? Non : je suis né à Nantes où on ne le parle pas. Est-ce que je le parle ? Rarement, et pas assez bien pour l’écrire. Suis-je même breton ? Vraiment, je le crois et m’en expliquerai. Mais de « pure race », qu’en sais-je et qu’importe ? Vous n’êtes donc pas raciste ? Ne m’insultez pas. Séparatiste ? Autonomiste ? Régionaliste ? Tout cela, rien de cela. Au-delà.

Mais alors, nous ne nous comprenons plus. Qu’appelez-vous breton ? Et d’abord, pourquoi l’être ?Question nullement absurde. Français d’état-civil, je suis nommé français, j’assume à chaque instant ma situation de Français ; mon appartenance à la Bretagne n’est en revanche qu’une qualité facultative que je puis parfaitement renier ou méconnaître. Je l’ai d’ailleurs fait. J’ai longtemps ignoré que j’étais breton. Je l’ai par moment oublié. Français sans problème, il me faut donc vivre la Bretagne en surplus ou, pour mieux dire, en conscience : si je perds cette conscience, la Bretagne cesse d’être en moi ; si tous les Bretons la perdent, elle cesse absolument d’être. La Bretagne n’a pas de papiers. Elle n’existe que dans la mesure où, à chaque génération, des hommes se reconnaissent bretons. À cette heure, des enfants naissent en Bretagne. Seront-ils bretons ? Nul ne le sait. À chacun, l’âge venu, la découverte ou l’ignorance.»

Ma fille est née le 20 juillet 2007 à Québec. Sera-t-elle bretonne? Sera-t-elle même québécoise? Impossible à prévoir. En attendant, je luis chante régulièrement la « Blanche Hermine » comme berçeuse. Cela peut toujours servir à construire sinon un pays, au moins un imaginaire…

Blogueur, blogueuse, un métier de rêve?

C’est la période du Festival de Cannes, les stars du grand écran vont toujours rêver. Mais les stars du Web aussi! Devenir blogueur ou blogueuse, une profession de rêve pour les jeunes? Deux exemples récents de l’exploitation de ce nouveau fantasme.

La région de Sorel-Tracy lance un concours pour obtenir « la meilleure job d’été au monde » (tout un superlatif!), dans le cadre de la campagne de fierté régionale (cf. communiqué de presse). Les aspirants au titre de « reporteur-blogueur » doivent réaliser une vidéo de deux minutes les mettant en vedette afin de charmer le jury et remporter le concours. Évidemment, les votes sur les vidéos comptent dans l’évaluation, il s’agit donc de faire circuler sa vidéo un maximum et de faire voter son réseau en sa faveur. Une initiative ayant recours aux participants pour créer du « buzz », jumelée avec les médias traditionnels (le rouleau-compresseur de TVA est de la partie).

La meilleure job du monde?

La meilleure job du monde?

Un autre concours a été lancé par la maison Simmons : « Deviens la blogueuse Twik« . Public-cible : une fille qui trippe fashion. C’est la chance « de décrocher l’emploi de tes rêves! (dixit le site du concours). Rien de moins. Là encore on ne lésine pas sur les superlatifs. Le concours repose sur le même (sacro-saint) principe : faire une vidéo pour convaincre un jury, mais surtout la faire circuler dans les réseaux sociaux pour obtenir plein de votes.

Deviens la blogueuse Twik

Décrocher l'emploi de ses rêves?

Bloguer fait fantasmer. Il est intéressant de constater que dans les deux cas, le concours repose sur la capacité des participants à se mettre en valeur (de manière visuelle principalement), et non sur leur capacité à faire un reportage ou à rédiger des articles. On retrouve finalement un peu le principe de « Star Academy » et autres joyeusetés du genre.

Autre point important à prendre en considération : est-ce que ces opérations peuvent fonctionner sur le moyen terme, c’est-à-dire une fois le concours terminé? Le porte-parole d’une marque (comme Twik) ou d’une région (comme Sorel-Tracy) est normalement issu de l’organisation : direction, responsable des communications ou du marketing, etc. Ces initiatives de « crowdsourcing » font d’un représentant du peuple (élu « démocratiquement » via un système de votes) le représentant de l’organisation.

Au-delà du buzz généré, cette position est-elle viable? Ne risque-t-on pas un phénomène de « one-hit-wonder »? Est-ce même profitable à la construction de l’image de marque des organisations impliquées? Je m’interroge…

Fête de la Bretagne à Québec

(mis à jour le 7 mai 2010)

Du 14 au 23 mai 2010, c’est la Fête de la Bretagne, sous la coordination de l’association Fest Yves/Gouel Erwan. Au programme cette année, plus de 200 événements partout en Bretagne, mais aussi à Paris, New-York ou Buenos Aires… et à Québec?

Je suis en train de préparer un événement dans notre belle ville de Québec pour fêter la Bretagne : une soirée bretonne au Café Babylone, le café des possibles, le mercredi 19 mai, à partir de 17h00.

Inscrivez vous en ligne!

Également sur Facebook.

Pour me contacter : christian.amauger@gmail.com

Mes 10 tweets les plus populaires (avril 2010)

twitter_bird

Voici les 10 messages qui ont été le plus cliqués sur mon profil Twitter au cours du mois d’avril 2010 :

  1. Working girl 2.0 (Blog de @corp20)
  2. Yebol : un moteur de recherche sémantique très intéressant à essayer
  3. Le Web 2.0 n’intéresse pas les Québécois? N’importe quoi cet article des Affaires…
  4. Les médias sociaux à travers le monde
  5. Le réseautage au Québec : retour d’expérience d’un Français
  6. Relations publiques et réseaux sociaux: un monde à réinventer
  7. Recherche Informaticiens pour le Québec #akova #quebec #france #jobs
  8. Facebook mérite-t-il encore votre confiance ? : Le Point
  9. Réseautage 2.0 : 4 événements, 4 moyens de communication #swaff #qctu #quebec #web2
  10. Sa boulangerie connue jusqu’en France grâce au web 2.0