Auteur : Christian Amauger

Content Curator, un mot à retenir dans le Web social de 2011

315385916_c235d39406

Si le mot devient populaire depuis quelques mois, on en parle depuis déjà un moment. En avril 2009, Jennifer Leggio avait lancé la question « Is it time for a Chief Social Media Officer? » Quelques mois plus tard, Rohit Bhargava écrit : Manifesto For The Content Curator: The Next Big Social Media Job Of The Future ? (septembre 2009). Rohit Bhargava définit ce nouveau travail ainsi dans son article :

« A Content Curator is someone who continually finds, groups, organizes and shares the best and most relevant content on a specific issue online. »

Je traduis ainsi : « Un curateur de contenus (pas très joli) est quelqu’un qui, de manière continue, trouve, regroupe, organise et partage les meilleurs et les plus pertinents contenus sur un sujet spécifique. » Le « content curator » est à la fois veilleur et gestionnaire de contenus. Son rôle est stratégique, et serait peut-être le chaînon manquant entre le « community manager » et la direction de l’entreprise.

J’aime bien la définition de Vincent Berthelot :

« Le curator est celui qui transforme l’information qu’il a recueilli pour en faire une agrégation concise et porteuse de sens soit pour information soit pour décision. »

L’aspect « décision » me paraît ici cruciale. Si le gestionnaire de communauté (community manager) engage, développe et entretien les conversations, le content curator oriente l’organisation dans son développement et dans son rapport aux flux d’information.

À lire pour aller plus loin :

Quora : un nouveau réseau à surveiller

quora

Parmi les nouveaux outils du Web social, Quora fait beaucoup de bruit. Mashable (10 Websites to watch in 2011) considère que c’est l’un des 10 sites à suivre en 2011. Certains vont même jusqu’à dire que ce l’une des plus grandes innovations des dix dernières années pour la blogosphère.

Quora

Quora ne révolutionne pourtant pas le Web, il s’agit d’un service de questions et de réponses, dans la lignée de Yahoo! Answers ou plus récemment de Aardvark. L’interface est bien faite, et beaucoup vante la qualité des intervenants et des contenus. Ce qui fait que le nombre d’utilisateurs explose. Et Ashton Kutcher est de la partie. Est-ce que Quora sera en 2011 ce que Twitter a été en 2010?

quora

Voici quelques articles sur le sujet :

En français :

Quora, bientôt le grand succès “à la Twitter” ? – Techcrunch France

Quora surfe sur la nouvelle vague des services Q&A – Techcrunch France

10 astuces pour bien débuter avec Quora – Naro Minded

Une selection de sujets à suivre sur Quora – Clément Vouillon

Quora – juste pour vos yeux.

En anglais :

Seven Technologies That Will Rock 2011 – Techcrunch

Quora will be bigger than Twitter – Telegraph

Quora Is Really Taking Off – Business Insider

A perfect storm for Q&A site Quora – C-Net

7 Reasons Quora Could Be The Breakout Star of 2011 – The Next Web

Need More Proof Quora Is “Blowing Up”? Meet The Quora Button – Techcrunch

Top Tips for New Quora Users – The Next Web

Is Quora the biggest blogging innovation in 10 years? – Scobleizer

The Power of Quora & Why Benchmark was Right to Pay Up – Mark Auster

Quora Fact-Checks Quora On User Milestone – Techcrunch

Quora: a tech journalist’s utopia, but what does it mean for journalism at large?

Quora: a social network built for learning

Is Quora Yet Another Social Network (YASN) or Something Different?

Vous pouvez me suivre sur Quora : http://www.quora.com/Christian-Amauger#

Google fait un don 20 millions de dollars à des associations caritatives

google-logo

Google a fait don de 20 millions de dollars à des associations caritatives. Selon Google, ce don servira notamment à :

  • permettre la scolarisation de 15.000 enfants issus de communautés pauvres d’Inde, grâce à la Bharti Foundation.
  • offrir un accès à des soins vitaux et des services de santé aux ressortissants (particulièrement aux femmes et à leurs filles) de zones de post-conflit en Afrique, grâce à Global Strategies for HIV Prevention.
  • vacciner 50 millions d’enfants contre la polio, grâce à l’UNICEF.
  • offrir un soutien stratégique à 1.5 millions d’entrepreneurs sociaux grâce à des partenaires tels qu’Ashoka, NTEN, APC, ou LASA.
  • sensibiliser 40.000 étudiants aux questions environnementales, grâce à NatureBridge.

En 2010, Google a offert plus de 145 millions de dollars à des entités à but non-lucratif ou académique. Ce total atteint les 184 millions si l’on y inclut Google Grants, les projets technologiques Google.org, et l’aide apportée par Google for nonprofits.

Tout le monde n’a pas les moyens de Google, mais chaque geste compte. La période des fêtes est trop souvent consacrée à l’hyperconsommation. Combien d’entre vous utilisent, ou même se souviennent, des cadeaux reçus à Noël il y a un an?

Cette année, dans un échange de cadeaux, ma blonde et moi avons décidé que nos cadeaux seraient des dons à une cause. En l’occurrence, nous avons choisi Avocats sans frontières Canada (voir d’ailleurs mon article sur ASFC Pour que justice soit fête). Cela fait du bien de donner un don.

Firefox devient pour la première fois le navigateur Web numéro 1 en Europe

statcounter_browsers

Dans la guerre des navigateurs Web, Chrome est celui qui a réussi le mieux a tirer son épingle du jeu en 2010. Firefox dépasse pour la première fois Internet Explorer en Europe, mais le navigateur de Microsoft domine encore largement.

Firefox dépasse IE en Europe

Firefox est devenu le navigateur Web numéro 1 en Europe, dépassant Internet Explorer, selon StatCounter. Firefox aurait 38,11% du marché européen, contre 37,52% pour Internet Explorer.

L’écart est mince, mais c’est la première fois qu’Internet Explorer se fait dépasser dans une région majeure. La raison principale de ce recul serait l’avancée de Chrome. Ce n’est donc pas Firefox qui gagne du terrain, mais plutôt IE qui en céderait à Chrome. Ce dernier occupe encore la troisième place en Europe, mais il est passé d’un peu plus de 5% de part de marché en décembre 2009 à plus de 14% en décembre 2010.

En Amérique du Nord, Internet Explorer domine encore confortablement, avec 48,92% des utilisateurs, contre Firefox (26,7%), Chrome (12,82%) et Safari (10,16%).

statcounter_browsers

Chrome en croissance

De manière globale, le navigateur de Google est celui qui a enregistré le plus important gain de part de marché en 2010 (selon le plus récent classement de NetApplications).

Google-Chrome-Browser-LogoChrome a terminé l’année avec une part de marché de 9,98 % au mois de décembre, elle qui était de 4,63 % à la même période en 2009. Le navigateur est le troisième navigateur Web le plus populaire à travers le monde, derrière Internet Explorer et Firefox.

La montée de Chrome a fait reculer Internet Explorer, qui demeure le numéro un mondial avec une part de marché de 57,08 %, par rapport à 62,69 % en décembre 2009.

Au deuxième rang, Firefox termine 2010 à 22,81 %, en recul par rapport à 2009 (24,61 %).

Sources :
Firefox Ousts Internet Explorer as Number 1 Browser in Europe
Navigateurs Web: 2010 est l’année de Chrome

WAQ : Célébrons le Web à Québec

WAQ - Le Web à Québec

Un événement rassembleur célébrant l’industrie du Web aura lieu du 23 au 25 février 2011 à Québec. De nombreuses activités seront organisées pour mettre en valeur les talents de la Capitale Nationale : conférences, ateliers, compétitions, etc. Une occasion pour les acteurs du Web de valoriser leur industrie, de présenter ses succès et de réflechir sur son avenir.

Un événement rassembleur

À l’automne dernier a germé l’idée de lancer un événement célébrant l’industrie du Web à Québec. Cette initiative, orchestrée par plusieurs personnalités (notamment Carl-Frédéric de Celles de iXmédia et Jonathan Parent de Hatem +D), mais conduite de manière collaborative, se concrétisera en février avec le « WAQ » (Le Web à Québec).

Cet événement se veut rassembleur, et touchera au Web de manière général : mobilité, géolocalisation, commerce électronique, réseaux sociaux (oui, on en parlera encore en 2011). L’événement devrait avoir lieu du 23 au 25 février à l’Hotel Pur, dans le Quartier Saint-Roch, bastion consacré de la technoculture.

La programmation n’est pas encore dévoilée, mais devrait contenir les éléments suivants :

  • 5 à 7, formule Pecha Kucha : un 5 à 7 qui rassemble les jeunes talents en émergence, les investisseurs et les agences Web, suivi de présentations Pecha Kucha.
  • Études de cas : présentations de réussites québécoises dans le domaine du Web et des affaires électroniques
  • Classes de maîtres : des activités d’enrichissement professionnel sur 3 thèmes (programmation, design et mobile)
  • Café Camp : discussions et débats autour de l’avenir du Web
  • Conférences : des personnalités reconnues internationalement présenteront leur vision du Web de demain, mais aussi leur perception et analyse du WAQ
  • Iron Web : une compétition « Web réalité » (voir ci-dessous)

WAQ - Le Web à Québec

Compétition Iron Web

Parmi les activités organisées lors de cet événement, il y aura la compétition « Iron Web », une sorte de « Web réalité ». Il s’agit de « réaliser un projet Web en un temps record dans un environnement de compétition parsemé d’embûches et d’épreuves ».

Les équipes, qui ne seront pas déterminées par les participants, auront 48 heures pour mener à bien leur mission, sans pouvoir quitter le lieu de compétition.

Faites vite, les candidatures seront acceptées jusqu’au 7 janvier seulement pour les professionnels et jusqu’au 28 janvier pour les étudiants.

Pour des informations à jour, consultez le site du WAQ.
Vous pouvez également suivre le WAQ sur Twitter.

Facebook vaudrait 50 milliards de dollars (et alors?)

dbpix-mark-zuckerberg-facebook-custom1

Mark Zuckerberg a été consacré l’homme de l’année 2010 par le Times. Sa création, Facebook, vaudrait aujourd’hui plus de 50 milliards de dollars. Enthousiasme médiatique et financier pour un réseau qui occuple une place croissante sur le Web. Nouveau géant ou réseau parmi d’autres?

Une place croissante sur le Web

Cette évaluation fait suite à l’investissement de Goldman Sachs et d’un investisseur russe. L’entreprise vaudrait donc aujourd’hui plus que Time Warner, eBay ou Yahoo! Le reflet de la place croissance qu’occupe Facebook sur le Web.

En effet, 70% des internautes américains utilise le réseau social le plus populaire sur la planète, et plus de la moitié d’entre eux de manière quotidienne. Avec plus de 550 millions d’utilisateurs, Facebook domine largement la sphère du Web social en termes de volume.

FB-expanding-user-reach

Au cours de la dernière année, il faut également noter le rôle croissant de Facebook comme catalyseur de trafic Web. Ainsi, Facebook génère 7.7% du trafic vers les sites d’Amazon, soit une augmentation de 328% en un an (Google génère 19,6% de ce trafic).

FB-AMZN

Même chose pour eBay : Facebook apporte 4,7% des visites, soit une croissance de +81% (Google génère 11,4% du trafic).

FB-EBAY

La grande séduction du « I like »

Facebook propose déjà une pléthore d’outils aux développeurs Web pour faciliter l’interaction entre leur site et le réseau social : bouton « I like », Facebook Connect, partage de commentaires, etc. Des outils complémentaires viennent également rivaliser avec les grands concurrents : Google avec Facebook Places, Wikipedia avec les pages communautaires.

Facebook vise à accroître la synergie entre sa plateforme et les sites Web. Pour pérenniser sa domination, Facebook va avoir besoin d’offrir toujours plus de valeur ajoutée.

Nul besoin d’être prophète pour dire que 2011 sera une année déterminante dans la lutte entre Google et Facebook.

Un colosse aux pieds d’argile?

Je ne suis pas un détracteur de Facebook. Je n’ai pas envie de faire les rabats-joie. Je pense qu’il faut rester prudent face à l’enthousiasme médiatique que soulève le réseau social. On prédisait un avenir radieux à MySpace, on faisait les louanges de Google Wave.

Facebook est nécessairement fragile, car les technologies évoluent très vite et les habitudes des utilisateurs de ces technologies également. Admettons-le, nous autres internautes avons le temps d’attention d’un poisson rouge.

Facebook, un réseau parmi d’autres

Le Times a fait selon moi une erreur en faisant de Mark Zuckerberg la personnalité de l’année. L’honneur aurait du être attribué à sa création et aux millions d’utilisateurs. Les médias traditionnels s’accrochent encore beaucoup aux catalyseurs, à l’incarnation d’un phénomène plutôt qu’au phénomène lui-même.

Le réseau social, ce n’est pas Mark Zuckerberg. Ce n’est pas Facebook. C’est l’émergence, le développement et la consolidation de multiples communautés en ligne. Facebook est en aujourd’hui la tête de proue, mais pas le navire, ni l’équipage.