Auteur : Christian Amauger

Pourquoi refaire son site Internet ?

pour-en-finir-avec-le-web-2

La volonté de refaire son site Internet peut émerger de bien des manières. Si le site Web est le cœur de la présence d’une entreprise sur Internet, si elle en est l’incarnation, l’avatar pour prendre un vocabulaire très « numérique », elle en est donc le double, le miroir. Et bien honnêtement, mis à part les accrocs aux selfies, nous ne sommes généralement pas très enclin à apprécier notre réflexion, avec tous les petits défauts qui nous agacent et qu’elle nous jette à la figure.

Si une entreprise veut refaire son site, c’est souvent parce qu’elle n’est plus capable de supporter ce miroir. Le changement de look est de mise, et la chirurgie esthétique massive est même considérée.

Le problème est que la refonte d’un site ne devrait pas être guidé par la volonté de changer. Surtout pas celle de changer pour changer, de suivre la mode ou les dernières tendances. Ne soyez pas motivés par les 7 pires raisons de refaire votre site.

Si vous estimez que le Web est un canal de communication crucial pour votre organisation, un simple changement cosmétique ne devrait pas être à l’ordre du jour. Le site n’incarne pas seulement vos couleurs, votre logo et une brève description de votre offre de service et de votre équipe. Si le Web est important pour vous, et il l’est pour la plupart des entreprises aujourd’hui, pourquoi vous contentez d’un dépliant ou d’une vitrine ?

Votre site Web, ce n’est pas la figure de proue de votre entreprise, ce devrait en être le moteur. Vous devez donc établir une véritable synergie entre votre stratégie d’affaires et votre site Web. Quels sont vos objectifs ? Vous désirez avoir plus de prospects ? Faites de votre site une plateforme de référence dans votre domaine en misant sur le marketing de contenu. Vous avez du mal à recruter ? Développez une section « marque-employeur » attrayante. Vous voulez promouvoir un aspect de votre offre de service ? Mettez en place un microsite le mettant en valeur. Ce ne sont pas les tactiques qui manquent, mais davantage le cadre stratégique et une orientation clair de vos besoins.

Si vous voulez aller plus loin, je vous invite à vous inscrire à un atelier de formation que je donne cet automne qui vous permettra de jeter un nouveau regard sur votre site web.

 

Les 6 profils des internautes sur le web social

personas

Comment les internautes utilisent-ils les médias sociaux ? Voici 6 profils correspondant à des utilisations très différentes du Web social.

L’invisible (40%)
Cet internaute est très méfiant vis à vis des médias sociaux. Il n’a aucun intérêt pour la dimension « conversation » des réseaux sociaux, qu’il perçoit comme une perte de temps. S’il est présent sur un réseau social, il ne s’y connecte que de manière sporadique (1 fois par mois). L’invisible est généralement un internaute plus âgé (60 ans et plus).

Support d’accès : Ordinateur de bureau
Fréquence de connexion : 1 fois par mois

Le novice (15%)
Il ne veut pas manquer le bateau des médias sociaux, mais ne s’investit pas beaucoup, ou de manière ciblée. Il participe régulièrement à un réseau social (généralement Facebook), essentiellement pour garder le contact avec ses amis, sa famille ou pour développer son réseau d’affaires. Il se connecte au web social de manière hebdomadaire.

Support d’accès : Ordinateur de bureau
Fréquence de connexion : 1-2 fois par semaine

personas

Le navigateur (15%)
Cet internaute utilise les médias sociaux pour obtenir de l’information sur ses sphères d’intérêt, mais aussi pour se tenir au courant des activités de son réseau familial et d’affaire. Il consulte, il regarde, il lit, il s’informe, mais ne participe pas vraiment aux conversations et partage peu d’informations lui-même.

Support d’accès : Ordinateur portable
Fréquence de connexion : 1 fois par jour

Le réseauteur (7%)
Très actif sur un réseau social en particulier (généralement Facebook ou LinkedIn), le réseauteur entretient des liens étroits avec sa communauté proche. Il partage ses humeurs et entretient des conversations avec son petit réseau, au sein duquel il exerce une influence notable

Support d’accès : Téléphone intelligent
Fréquence de connexion : 1 fois par jour

Le papillon (20%)
Présent sur plusieurs réseaux à la fois, le papillon participe au web social dans la mesure il y gagne quelque chose. Les réseaux sociaux sont pour lui avant tout des outils, ou des moyens d’obtenir des informations ou des promotions privilégiés de la part des marques. S’il se lasse ou n’obtient pas assez de valeur de la part d’un réseau, il le laisse tomber et va butiner ailleurs.
Support d’accès : Ordinateur portable
Fréquence de connexion : Plusieurs fois par jour

L’éclaireur (3%)
Fortement engagé dans les réseaux sociaux, qu’il utilise quotidiennement, l’éclaireur comprend les enjeux de la sphère sociale du web et se positionne à l’avant-garde des usages. Il construit son identité numérique à partir de plusieurs réseaux et peut servir d’ambassadeur influent pour les marques qui arrivent à le séduire.

Support d’accès : Interface cérébrale (bon, ok, téléphone intelligent)
Fréquence de connexion : Constante

Source d’inspiration : http://www.pamorama.net/wp-content/uploads/2012/06/Aimia-Social-Media-White-Paper-6-types-of-social-media-users.pdf

La mise en place d’une stratégie sociale

Fondation d'une stratégie sociale

En 2013, une stratégie numérique sociale ne se limite pas à l’intégration des médias sociaux. L’aspect « social » a des implications pour l’organisation dans son ensemble, pas seulement le département marketing.

Une question de culture, pas seulement de technologie

Les entreprises contrôlent mal la conversation sur le Web, et le problème réside davantage dans l’approche que dans les outils. Les entreprises continuent d’utiliser les médias sociaux comme un mégaphone, transposant l’approche unidirectionnelle des médias traditionnels aux nouveaux canaux de communication. Votre organisation au complet doit s’adapter au pouvoir des internautes devenus consomm’acteurs.

Renforcez les relations avec vos clients

Vous le savez, fidéliser vos clients actuels coûte 5 à 10 fois moins cher que d’obtenir des nouveaux clients. Les efforts devraient donc se concentrer sur l’enrichissement de la relation avec vos clients actuels plutôt que sur la recherche frénétique de prospects sur les réseaux sociaux.

Automatisez pour accroître la productivité

De nombreuses actions peuvent être automatisées via des outils en ligne, afin de vous permettre de concentrer vos efforts sur les contenus, et donc sur la valeur ajoutée que vous offrez à votre communauté. Par exemple, l’utilisation de plateformes de gestion des canaux sociaux comme Hootsuite facilitent le travail de publication, de diffusion et de veille sur vos réseaux.

Fondation d'une stratégie sociale

Calculez la valeur de vos consommateurs sociaux

Une entreprise ne se lance pas dans les médias sociaux par plaisir ou par effet de mode. N’oubliez pas vos objectifs d’affaire ! Vous devez mettre en place des indicateurs pour vous permettre de calculer votre retour sur investissement (au moins de manière minimale). Évidemment, pour calculer la valeur d’un consommateur social, vous devez bien les connaître! Construisez vos personas.

Lire à ce sujet L’importance des personas pour la création de site Web, qui s’applique aussi au monde du Web social.

Mettez en place une stratégie de contenu

Déterminer le message que vous voulez faire passer auprès de vos cibles dans tous les contenus que vous publiez. Vous devez vous demander ce qui intéresse vos cibles et qui est susceptible de les garder intéressées. Quels sont les problèmes auxquels vous apportez des solutions ? Qu’est-ce qui peut contribuer à simplifier la vie de vos clients actuels ou futurs? La « langue de bois » commerciale n’intéresse personne. Les internautes recherchent des informations, pas des promotions ou des publicités.
Votre message doit pouvoir être décliné en suffisamment de contenus pour pouvoir alimenter vos canaux de communication sur le long terme. Questionnez la pertinence de vos contenus. Le sujet traité est-il intéressant en ce moment ? Est-ce qu’il est populaire ? Est-ce le moment d’en parler ? Qu’est-ce que vos concurrents font au propos de ce sujet ? Est-ce que vous avez assez de contenus pour en parler pendant un mois ?

Lire aussi Le marketing de contenu permet d’établir un « leadership éclairé ».

Le Web est multimédia, profitez-en

Le Web, ce n’est pas juste du texte. Vos contenus peuvent être déclinés dans de nombreux formats : photographies, graphiques, capsules audio ou vidéo.
Parlant de vidéo, c’est média très prisé des internautes et qui permet de véhiculer votre message sous un autre angle qu’un article de blogue. Vous pouvez également faire des interventions « live » sur le Web : ateliers, conférences, démonstrations de produits, etc. Une infographie permet aussi de présenter de l’information de manière attrayante (par exemple des statistiques ou les résultats d’une étude). Consultez 10 types de contenus pour développer votre présence web pour quelques idées à ce sujet.

Mobilisez vos ressources

Les entreprises ont tendance à mettre entre les mains d’une personne toute la responsabilité de leur présence sur les médias sociaux. Mauvaise idée, car cette présence, cette identité numérique, devrait être le reflet de la culture d’entreprise : ce n’est pas juste de la communication ou du marketing!
S’il est indispensable d’avoir un coordinateur responsable (« community manager » par exemple), impliquez l’ensemble de vos employés, de manière simple mais structurée. Vous pouvez ainsi organiser une réunion afin de parler des objectifs visés, de prendre en considération leurs suggestions et leurs craintes, de structurer le rôle qu’ils peuvent jouer dans ces nouveaux canaux de communication. Vous pourrez ainsi mettre en place plus facilement une politique ou une charte d’utilisation des médias sociaux.
Dans le Web 2.0, chaque utilisateur est un média. Avant de conquérir la « webosphère », mobilisez vos troupes! Si vous avez du mal à impliquer votre équipe, cela risque d’être difficile de vous positionner de manière efficace sur les médias sociaux. À l’inverse, en créant une dynamique interne, vous obtiendrez des résultats étonnants.
De nombreuses entreprises et organisations ont appel à mes services pour des ateliers de formation sur les médias sociaux pour leurs employés. Ce genre d’initiative permet de lancer le débat, et d’ouvrir la voie d’une stratégie de communication dynamique : dissiper les craintes, apporter des suggestions et renforcer le sentiment d’appartenance.

Carte interactive des médias sociaux – édition 2013

Communiquer sur les médias sociaux

L’année dernière, l’agence Overdrive avait réalisé une carte interactive assez exhaustive des médias sociaux. Elle vient de rendre disponible la version 2013, qui donne une vue d’ensemble des outils de communication disponibles pour les organisations qui veulent se positionner sur le Web social. La panoplie est vaste : réseaux sociaux, outils de partage, commerce social, blogosphère, etc. Moralité? Concentrez-vous sur vos objectifs, les moyens pour les atteindre existent. Quand on parle médias sociaux, les organisations concentrent trop souvent leur attention sur les outils. Prendre le fameux virage du Web social, ce n’est pas avoir un compte Twitter ou une page Facebook. C’est avoir une vision claire de l’évolution des interactions sur le Web, savoir créer des opportunités pour atteindre vos objectifs d’affaire.

Pour télécharger la carte interactive des médias sociaux, cliquer sur l’image.

L’importance de la rédaction pour un site Web réussi:   1. Le contenu à la base du site Web  2. Définir son public : une étape essentielle  3. Choisir son angle d’attaque : quel message doit retenir le lecteur  La nécessité d’un contenu pertinent et efficace  1. Écrire pour être lu  2. Rédaction Web et rédaction journalistique : même combat  3. L’importance du titre  4. Les mots-clés  5. La redondance  Actualiser le contenu : une priorité  1. Mise à jour du contenu  2. Le référencement  3. Utiliser efficacement les réseaux sociaux  4. Garder le contact avec les utilisateurs  5. Le contenu rédactionnel : un investissement gagnant

Printemps des réseaux sociaux : un nouveau regard sur le Web social

nouveau regard sur le web social

Le printemps des réseaux sociaux, c’est encore le seul grand événement sur les réseaux sociaux à Québec. Deux jours de conférences et de discussions sur les différentes facettes des réseaux sociaux. Après une première édition qui a réuni plus de 200 participants, principalement issus du marketing et des communications, la deuxième mouture de l’événement aura lieu les 16 et 17 avril prochains, à l’hôtel Delta de Québec.

Pour Rémi Lachance, associé et directeur des opérations chez Colloquium, qui organise le Printemps des réseaux sociaux, les objectifs de cette année sont « renouveler les thématiques afin qu’elles soient alignées aux tendances actuelles et offrir des conférences pour un public large, de novice à expert, afin que chaque participant y trouve son compte.»

nouveau regard sur le web social

Bien que l’utilisation des réseaux sociaux soit en très forte croissance au Québec, avec près de 80% des internautes québécois actifs sur au moins une plateforme, les organisations tardent encore à intégrer ces canaux de communication dans leurs stratégies d’affaires.

Depuis 2009, j’ai donné des dizaines d’ateliers et de conférences sur le sujet, mais je trouve que la plupart des organisations sont encore en mode expérimentation dans les médias sociaux. Bien peu se sont dotées du cadre stratégique ou des ressources nécessaires pour utiliser efficacement les nombreux outils à leur disposition dans ce qu’on appelle, parfois à tort, le Web social.

Le printemps des réseaux sociaux sera l’occasion de présenter quelques études de cas intéressantes, comme celle de la Maison Orphée ou du Festival d’été de Québec.

Pour ma part, je vais présenter une conférence proposant de poser un nouveau regard sur le Web social (dans la lignée de « Pour en finir avec le Web 2.0 »). L’année dernière j’avais parlé de veille stratégique et de marketing de contenu, thématiques qui sont encore tout à fait d’actualité. Mais j’ai envie d’offrir quelque chose de différent, en invitant les participants à réfléchir sur les véritables enjeux et opportunités de la sphère des médias sociaux. Il est temps d’aller au-delà des « buzz words » et des concepts flous, et de s’attaquer à construire le Web de demain.

Je vous invite donc à participer à cet événement riche en contenus, en discussions et en rencontres, en vous inscrivant dès maintenant sur www.printempsdesreseauxsociaux.com.

SlideShare, un outil de diffusion de contenu sous-utilisé

SlideShare Logo

Dans le cadre d’une stratégie de contenu, vous devez être capable de diffuser facilement et efficacement vos contenus. C’est là qu’un outil comme SlideShare entre en jeu : une plateforme qui vous permet de diffuser en ligne des documents de présentation (Powerpoints, PDFs, mais aussi documents vidéo et audio).

SlideShare Logo

Non, SlideShare n’est pas une nouveauté (l’entreprise a été fondée en octobre 2006). Non, SlideShare ne bénéficie pas d’un buzz comme Pinterest ou Instagram. En fait, Slideshare n’a jamais vraiment connu un engouement spectaculaire, restant toujours sous le radar, un peu comme LinkedIn. SlideShare est pourtant un outil de diffusion particulièrement efficace, quel que soit le contenu que vous désirez promouvoir (conférence, présentation de produit, compilation de données, etc.).

Avec 60 millions de visiteurs par mois, SlideShare fait pâle figure face à Facebook en terme de volume, mais le fait que puissiez facilement intégrer vos présentations dans votre site, votre blog ou d’autres médias sociaux offre un bon potentiel de viralité. Si vous ciblez des professionnels en quête d’informations (par exemple sur un secteur d’activité, un produit ou un service, une nouvelle tendance), SlideShare est particulièrement efficace. Il convient donc davantage à une stratégie de contenu orientée B2B, avec comme objectifs la génération de prospects qualifiés ou l’éducation de clients potentiels. Il est cependant tout à fait possible de l’utiliser pour d’autres fins : Palms Hotel and Spa à Miami beach, par exemple, y présente sa brochure promotionnelle.

Fait intéressant à prendre en considération, Slideshare vient tout juste d’offrir une interface en français. L’ajout progressif d’autres langues va probablement contribuer à une plus grande utilisation de la plateforme, jusqu’alors très anglo-centrique.

Si SlideShare ne vous convient pas, il existe bien d’autres solutions pour diffuser vos présentations en ligne. Vous pouvez aller essayer par exemple Bunkr, encore en mode « béta », qui intègre des fonctionnalités intéressantes comme l’import de favoris et la connexion à de nombreuses applications.

L’importance des personas pour la création de site Web

personas

Le succès de votre site Internet repose sur sa capacité à rejoindre vos cibles. Or il ne faut pas se méprendre sur le concept de cibles lorsqu’il s’agit de Web : les internautes ne sont pas des consommateurs passifs, mais actifs. Ils cherchent quelque chose : des informations sur un produit ou un service, des solutions à leurs problèmes, des idées pour leurs projets. Pour leur offrir adéquatement ce qu’ils cherchent, vous devez être capable de bien identifier leurs besoins, leurs goûts, leurs habitudes de consommation, mais aussi le contexte de leur recherche.

C’est alors que le concept de « personas » entre en jeu. Le concept de personas est souvent utilisé en marketing et en publicité pour développer des campagnes ciblées. L’un des premiers auteurs sur le concept de personas est Alan Cooper (l’inventeur de Visual Basic) dans son livre « The Inmates Are Running the Asylum », publié en 1998.

Lors de la conception d’un site Web, la définition des personas est une étape clé du projet. La définition des visiteurs potentiels d’un site sous la forme de personas permet en effet de guider l’ensemble du projet. Ses personas serviront de points de référence au cours des différentes étapes de la conception du site Web :

  • Analyse des besoins – Qu’est-ce que les internautes veulent du site?
  • Analyse des fonctions – Comment le site donne aux internautes ce qu’ils veulent ?
  • SEO (Search Engine Optimization) – Quels mots clés sont utilisés par les internautes pour trouver le site?
  • Rédaction de contenu – Quel serait le ton approprié lors de la rédaction des contenus ? Quels sujets vont interpeller les internautes ?
  • Design graphique – Quelle ambiance, quels éléments visuels seront perçus comme attrayants pour les internautes ?
  • Publicité – Quel type d’annonce pourrait encourager les internautes à venir visiter votre site Web ?
  • Optimisation pour les supports d’accès – Quels sont les supports d’accès utilisés par les internautes pour visiter votre site web?  Cette information est cruciale pour savoir s’il est valable ou non de concevoir le site en design adaptatif (« responsive design »).

Un bon exemple de l’utilisation directe du concept de personas est le site du cabinet d’études Forrester. Dès votre arrivée sur le site, vous êtes invité à définir votre occupation professionnelle, afin d’ensuite vous fournir des informations adaptées à votre travail.

personas

Quelques conseils sur la définition des personas

La meilleure façon de commencer à définir les personas pour un nouveau site web est de rencontrer les acteurs qui sont les plus proches des visiteurs potentiels. En posant les bonnes questions, vous devriez être en mesure de déterminer :

  • Les raisons principales pour lesquels les internautes sont susceptibles de visiter votre site
  • Les types de personnes qui pourraient visiter votre site pour chacune de ces raisons
  • Les moyens d’attirer ces personnes sur votre site

Gardez à l’esprit que certaines des réponses que vous obtenez sont fondées sur des hypothèses, en particulier si vous désirez rejoindre un nouveau public.

Les informations minimales pour définir un persona sont les suivantes :

Les caractéristiques socio-économiques du persona

  • Sexe
  • Âge
  • Niveau d’étude
  • Revenus
  • État civil
  • Localisation géographique

Le persona au travail

  • Occupation
  • Environnement de travail
  • Responsabilités
  • Tâches quotidiennes
  • Aspects positifs de son travail
  • Aspects négatifs de son travail

Le persona et le Web

  • Nombre d’heures passées en ligne par semaine
  • Supports d’accès au Web (ordinateur de bureau, téléphone intelligent, tablette numérique, etc.)
  • Navigateur utilisé
  • Sites consultés
  • Médias sociaux utilisés

Le persona et votre site

  • Besoins spécifiques qui pourraient les conduire sur le site
  • Résultat souhaité de leur visite sur le site

Évidemment, certaines de ces informations ne sont pas pertinentes pour tous les sites. Par exemple, le statut familial ou le niveau d’étude ne sont pas toujours des informations importantes. Incluez-les de toute façon si vous le pouvez, cela peut toujours servir en cours de route.

Vous pouvez créer des histoires, des anecdotes pour vos personas. Par exemple, un magasin en ligne peut prendre en compte si un persona a déjà eu une mauvaise expérience avec un magasin similaire (et ensuite chercher à les rassurer qu’ils vont avoir une meilleure expérience de ce magasin).

En outre, si l’on considère pourquoi certaines personnes pourraient visiter le site, essayez de déterminer la fréquence potentielle de leurs visites. Seront-ils des visiteurs ponctuels ou réguliers ?

Le processus de création de personas permet de donner un nouvel éclairage sur ce que votre site doit offrir, en termes de contenus, de fonctionnalités, d’options de navigation. Ce processus est un point de départ, qui va servir tout au long de votre projet.

En utilisant les personas comme points de référence, vous aurez une bien meilleure chance de créer un site Web qui va rejoindre vos visiteurs, qui va les convertir et avec lequel ils vont pouvoir développer une relation. Rappelez-vous toujours que votre site Web doit être conçu en fonction des besoins de vos visiteurs et non de ceux de votre organisation.