Auteur : Christian Amauger

La blogosphère en France en 2010 (enquête de @NowhereelseFr)

Enquête blogosphère francophone 2010

Le site Nowhereelse vient de publier les résultats de sa 4ème édition de l’Enquête Blogosphérique. 1.354 blogueuses et blogueurs ont participé à ce sondage (soit 336 sondés supplémentaires en comparaison à l’édition précédente).

Voici les résultats en une infographie (cliquer pour aller sur le site de Nowhereelse avec une version plus grande de l’image) :

Enquête blogosphère francophone 2010

Voir également les résultats sur le site de Nowhereelse.

Knowtex : Entrevue avec Nicolas Loubet

Knowtex le réseau social de la culture scientifique et technique

Le mois dernier je faisais une présentation de Knowtex, réseau social de la culture scientifique et technique. Un des créateurs du réseau, Nicolas Loubet, de l’agence de communication Umaps, a répondu à quelques-unes de mes questions.

Quelques mots de présentation?

Destiné à faire de la recherche en géosciences, je me suis très tôt intéressé aux activités de vulgarisation, de communication et de médiation des sciences. Au cours de mes études, j’ai eu l’occasion de monter une association ayant pour but de réfléchir et expérimenter dans le domaine.

Avec les membres actifs de cette association, j’ai fondé l’agence Umaps Communication où je suis consultant. Ma spécialité : la communication sur les médias sociaux pour les acteurs de la recherche et de l’innovation.

Je supervise ainsi les études stratégiques de l’agence pour le compte d’entreprises, d’universités, de musées, d’instituts et d’associations.

(voir le profil complet de Nicolas Loubet sur Viadéo)

Wikipedia vient de fêter ses 10 ans. Quel avenir pour cette encyclopédie participative ?

Pour avoir participé aux rencontres Wikimedia début décembre à Paris, je pense que l’avenir de Wikipedia se joue d’abord dans les collaborations engagées par la fondation Wikimedia. Exemple en France le partenariat avec la Mairie de Toulouse.

En 2010, Wikimédia France a signé une convention avec la mairie de Toulouse dans le but de développer les initiatives et partenariats des institutions culturelles avec Wikimédia France.

Sans aucun doute, les institutions culturelles ont du potentiel pour développer des collaborations intelligentes. On peut même imaginer un écosystème de (petites) boites autour de ces collaborations. Je pense par exemple à AudioGuidia.

Je vois bien arriver de nouveaux profils qui jouent le rôle de « go-between » entre Wikimedia et les acteurs culturels.

En effet, de nouvelles plateformes émergent. L’une d’entre elles, Qwiki, commence à faire parler d’elle. Qu’en penses-tu  ?

Je ne l’ai pas utilisé mais la bande-annonce est assez séduisante 😉 Je suspends donc mon jugement en l’état.

Qwiki

Que penses-tu de Quora ?

Je viens à peine d’être inscrit. Une idée simple qui semble beaucoup plaire aux blogueurs (cela me fait d’ailleurs penser à un club international des blogueurs). Sur le long terme, j’attends surtout le développement du multilingue (français !).

Si on peut embedder les discussions Quora sur des sites tiers, il est possible que cela devienne populaire…

Quel est ton opinion sur le buzz généré autour du fameux « content curator« ?

C’est ce que j’essaie d’être… Les outils qui m’intéressent le plus, en l’état actuel des choses, sont ceux qui facilitent précisément la consultation des (considérables) ressources sur le web. Je suis, par exemple, fan de StumbleUpon.

Au delà du buzz (que je serais bien incapable d’expliquer dans l’immédiat), cela me semble être une tendance lourde qui se raccroche (peu ou prou) aux initiatives qui se revendiquent du data journalism et de la « géographie de l’information ».

Knowtex le réseau social de la culture scientifique et technique

Où se situe Knowtex dans tout cela ?

Knowtex est une petite communauté qui s’est donné pour objectif de créer du lien entre les acteurs de la recherche, de l’innovation et de la culture scientifique. Sur le plan technique, nous nous inspirons de « toutes » les bonnes pratiques.

Nous avons des lacunes sur la recherche et les conversations. Nous allons essayer des les combler par la navigation (nous venons de lancer en beta une barre de navigation qui s’inspire de StumbleUpon) et la mise en place de forums.

Plus encore, sur le modèle de Wikimedia, nous allons nous rapprocher des acteurs (recherche, culture). Des collaborations sont dors et déjà engagées. Cela pourrait aider ces acteurs à penser leur stratégie sur les médias sociaux. #noeasy

Knowtex devrait encore pas mal bouger 😉 #objetmutant

La blogosphère se mobilise pour les Restos du Coeur

Logo Restos du coeur

Après 25 ans d’engagement, les Restos du Cœur organisent leur collecte annuelle pour offrir des repas aux plus démunis. Les 4 et 5 Mars, dans les tous les hypermarchés et supermarchés et partout en France, les clients seront sollicités pour acheter et donner aux Restos du Cœur les produits dont ils ont besoin.

Logo Restos du coeur

A cette occasion, plus de 41 000 bénévoles seront sur place pour collecter les produits, aux côtés desquels se mobiliseront également 3 000 salariés de Carrefour et Danone.

En effet, pour la troisième année consécutive, Carrefour et Danone s’associent aux Restos du Coeur dans le cadre d’un partenariat à plusieurs niveaux : mobilisation les jours de collecte, mécénat de compétence tout au long de l’année et opération promotionnelle du 16 au 22 Mars durant laquelle 1 repas est offert aux Restos pour l’achat de 4 produits.

La blogosphère est invitée également à soutenir les Restos du Cœur.

Ainsi, pour chaque billet publié sur les Restos du Cœur, Danone et Carrefour s’engagent à offrir 10 Repas aux Restos du Cœur. L’an dernier, cette mobilisation des blogueurs avaient permis d’offrir 16 675 repas.

Pourquoi participer à l’opération ?

Collecte 2011 les Restos du Coeur : Mobilisez-vous
envoyé par lespiedssurterre. – L’info internationale vidéo.

Danone + Carrefour + Les Restos = un partenariat en trois actions

4 et 5 mars : aide à la collecte alimentaire des Restos du Cœur

Les salariés Danone et Carrefour aident les bénévoles des Restos du Cœur lors de la collecte nationale des denrées alimentaires dans les magasins Carrefour et Carrefour Market. En 2010, plus de 3000 employés Danone et Carrefour se sont portés volontaires.

Mécénat de compétence et aide à la réinsertion

Tout au long de l’année, des salariés Danone apportent leur expertise aux bénévoles des Restos du Cœur dans divers domaines (RH, informatique, logistique, nutrition infantile). Danone offre aussi aux bénéficiaires des Restos du Cœur des périodes d’immersion professionnelle qui peuvent déboucher sur des embauches. Carrefour, pour sa part offre des emplois en CDD et CDI à des personnes en réinsertion.

16 au 22 Mars : OP Partage

Pour 4 produits Danone en promotion achetés du 16 au 22 Mars chez Carrefour et Carrefour Market, 1 repas sera offert aux Restos du Cœur.

Mobilisez-vous et offrez des repas aux Restos du Cœur

1. Publiez un article sur l’opération sur votre blog. Pour chaque billet publié sur votre site, Danone et Carrefour s’engage à offrir 10 repas aux Restos du Cœur

2. Créer votre badge « Je contribue à la collecte » pour soutenir l’action des Restos du Cœur et diffuser leurs besoins pour la collecte le ‘ et 5 mars prochains dans les magasins

Renseignez les produits que vous prévoyez d’acheter dans les magasins pour les Restos le 4 et 5 mars prochain et intégrer votre badge à votre site internet

Si vous avez un blog et que vous désirez vous impliquer, il vous suffit de prendre quelques minutes pour créer un billet semblable. Tout le matériel est disponible sur le blog Les Pieds sur Terre.

Google One Pass, un système de gestion d’accès aux contenus

google-logo

Lors d’une visite à Humboldt Universität à Berlin, Eric Schmidt a annoncé le lancement de Google One Pass (Pass Média en français), un système de gestion d’accès et de paiement destiné aux éditeurs proposant du contenu numérique sur leurs sites Web. Le système a été développé pour les journaux et les magazines, mais il peut être utilisé pour toutes sortes de contenus.

Avec One Pass, les utilisateurs peuvent visualiser le contenu qu’ils achètent ou auquel ils sont abonnés sur n’importe quel appareil – ordinateur, téléphones intelligents et tablettes.

Un système facile à mettre en place et à gérer

La procédure de configuration se résume à quelques étapes et la gestion du contenu s’effectue via une interface Web.

Le Google One Pass simplifie les tâches liées à l’authentification des utilisateurs, à l’administration et au traitement des paiements. Les éditeurs peuvent ainsi se concentrer sur la qualité des contenus qu’ils proposent. Plusieurs modèles de paiement sont disponibles et les éditeurs peuvent choisir quels contenus sont payants ou gratuits.

Les éditeurs continuent d’héberger leurs propres contenus. Ils importent simplement les contenus qu’ils veulent rendre payants sur l’interface de Google One Pass, puis ajoutent quelques lignes de code à leur site Web. L’intégration du code demande un effort minime (probablement semblable à l’insertion du code de Google Analytics).

Google One Pass est multisite, les éditeurs peuvent gérer facilement le contenu de l’ensemble de leurs sites Web.

Basé sur la technologie Google Checkout, le Google One Pass évite d’avoir à intégrer un système de paiement tiers sur un site Web.

Un système flexible d’accès aux contenus

Les éditeurs définissent les options de paiement offertes aux utilisateurs pour accéder à leur contenu et fixent le prix des articles et des abonnements. Ils peuvent ainsi proposer un paiement à l’article, des abonnements à la journée ou au mois, ainsi que des packs composés de plusieurs numéros.

Les utilisateurs ont ensuite accès aux contenus sur n’importe quel appareil connecté à Internet. Les utilisateurs déjà abonnés peuvent bénéficier d’un accès complet en ligne via un système de coupons.

Une plateforme destinée aux médias

Google One Pass s’inscrit dans la lignée de First Click Free, Fast Flip et Living Stories, des outils destinés aux journaux et aux éditeurs de contenus.

Google One Pass est disponible actuellement en France, Allemagne Espagne, Royaume-Uni et au Canada.

Axel Springer AG, Focus Online (Tomorrow Focus) et Stern.de sont parmi les premiers partenaires de Google One Pass et étaient présents avec Eric Schimidt à Humboldt University. Media General, NouvelObs, Popular Science, Prisa et Rust Communications ont également signé des ententes avec Google pour l’utilisation de Google One Pass.

Google annonce le lancement de One Pass un jour seulement après l’annonce d’Apple concernant sa propre plateforme de paiement.

Source : A simple way for publishers to manage access to digital content (Google Official Blog)